Le bio, vraiment n’est-ce pas une … ?

Le bio, vraiment n’est-ce pas une … ?
4.5 (90%) 2 votes

Le bio … à toutes les sauces

Le bio est à toutes les sauces. On nous annonce qu’il pourrait réduire les possibilités d’avoir un cancer. L’étude est scientifique, des chercheurs, dont je ne mets pas leurs capacités en doute, ont réalisé une étude sur 70 000 personnes.

Toutefois une réflexion se pose : depuis combien de temps le Bio est-il à la mode ? 10 ans, 20 ans ? Comment peut-on étudier le bénéfice du Bio sur une si courte durée ? Et sur une population qui ne représente que moins de 15% des consommateurs en 2018 ?

Alors que le Bio soit une bonne chose, oui, pour l’environnement, pour une certaine qualité du produit, une amélioration de notre alimentation, mais jusqu’où peut-on aller dans notre crédulité ?

Le bio et les pesticides ?

Pour beaucoup, le Bio est un produit naturel, sans pesticide, ni fongicide. Un sondage Harris Interactive révèle qu’un français sur deux ignore que l’agriculture biologique utilise des pesticides. Contrairement aux idées reçues, un cahier des charges autorise l’utilisation de produits phytosanitaires, tout comme l’agriculture conventionnelle. La seule différence est, que les pesticides utilisés en bio doivent être issu de sources naturelles, mais naturel ne veut pas dire sans danger.

Si la plupart se dégradent plus rapidement que les pesticides de synthèse, d’autres peuvent présenter des risques pour la santé des sols. Parmi les produits autorisés dans l’agriculture biologique, on trouve les pyréthrines, le Bacillus thuringiensis, le spinosad, le soufre, le cuivre, le sulfate de cuivre. Les plus utilisés restant le soufre et le cuivre.

Le bio dans le vin

Dans le vin bio, des analyses ont démontré que 100% des échantillons contenaient un résidu de cuivre. Cette étude révélant également que les quantités de cuivre retrouvées dépassent le total de tous les pesticides détectés sur des salades issus de l’agriculture conventionnelle.

Problème : le cuivre est le seul fongicide connu qui soit autorisé et réellement efficace en agriculture biologique. Le cuivre nuit aux micro-organismes présents dans les sols, ainsi qu’aux lombrics. De plus le cuivre n’est pas biodégradable, il s’emmagasine dans les sols. Les composés cuivriques seraient 1000 fois plus toxiques que le fongicides utilisés actuellement sur les pommes de terre non Bio. On peut en déduire qu’ils sont un poison pour les gens, mais aussi pour la nature !

Le soufre est utilisé comme un fongicide naturel, car jugé très peu nocif pour les humains, les animaux, les abeilles. Il est autorisé dans le cahier des charges de l’agriculture biologique. Pourtant il est issu d’un raffinage de gaz et de pétrole. On le retrouve dans la plupart des vins bio sous l’appellation « sulfites ».

Quels ingrédients bio composent votre jus d’orange ?

Savez vous par exemple que pour les jus de fruits, afin de leur donner ce volume, ce velouté, on y ajouterait de la « méthylcellulose » et savez vous ce qu’est ce produit ? La méthylcellulose est fabriquée à partir de la cellulose du bois, et se comporte comme des fibres solubles. Elle donne des solutions visqueuse une fois diluée dans l’eau. La méthylcellusoe est un additif autorisé par l’Union Européenne et porte le numéro E461.

Utilisée par ailleurs par l’industrie pornographique, la méthylcellulose est le composant principal du faux sperme, étant prisée pour ses qualités hypoallergéniques, son absence de gout et d’odeur ! Autre utilisation dans la fabrication de peinture comme la gouache. Vous ne verrez plus votre jus d’orange matinal de la même façon maintenant !

Faut-il consommer du bio pour une meilleure qualité de vie ?

Sport, sommeil, gastronomie et nourriture saine :  Si l’on désire améliorer sa qualité de vie, sa santé, il n’y a pas de remède miracle. Du repos, un sommeil de qualité, du sport ou des activités physiques, une alimentation saine. Pour cette dernière, la meilleure façon de procéder reste d’avoir une alimentation équilibrée, comportant un maximum de légumes et de fruits, des viandes et des laitages d’origines.

Et d’éviter le plus possible les produits industriels, que ce soit les produits transformés ou les fruits et légumes de très grandes productions qui sont bourrés de pesticides et de produits inutiles à notre alimentation.

Mais, je ne suis qu’un simple observateur de la vie.

A propos de l'auteur

Georges Rousset Maitre Cuisinier de France et consultant en formation, Georges Rousset est entre autre, à l'initiative du Festival de la Gastronomie de Saint Jean de Buèges.

Vous pourriez être intéressé par

Commentaire (1)

VOTRE OPINION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *