Grèves: La France analysée par d’autres pays

Quand les Français se mettent en colère, le monde entier entend.

Depuis une semaine, les chauffeurs de bus et de train sont en grève, paralysant le système de transport public. Des policiers, des enseignants, des fonctionnaires, du personnel hospitalier et de nombreux autres travailleurs se sont joints (aux porteurs de gilets jaunes) et aux protestations contre le projet du président Emmanuel Macron de réformer le système de retraite complexe du pays.

Les manifestations en France n’ont rien de nouveau. Tous les samedis depuis plus d’un an, des Français de tous âges et de tous horizons portent des gilets jaunes haute visibilité pour manifester leur mécontentement général.

Gilets Jaunes et Grèves : La France analysée par d’autres pays

Même avant le mouvement des «gilets jaunes», qui a commencé en novembre 2018 en tant que refoulement contre les hausses de taxe sur le carburant proposées et a explosé en l’expression d’un sentiment général d’injustice, les agriculteurs mécontents grondaient régulièrement les autoroutes dans les tracteurs pour déverser des légumes parfaitement comestibles sur le à quelques pas du Parlement français, ou des camionneurs lanceraient une «Opération Escargot», conduisant à un rythme d’escargot pour bloquer les routes principales.

Aussi déroutant que cela puisse paraître dans un pays qui semble avoir tant à faire – vins fins, haute cuisine, haute couture et environ 1000 fromages différents – les Français sont Les Misérables. Comme l’a récemment déclaré l’auteur Sylvain Tesson à la radio France Inter: «La France est un paradis habité par des gens qui croient qu’ils sont en enfer.»

L’économiste Claudia Senik, professeur à l’Université de la Sorbonne, a étudié le malaise français et pense qu’il remonte aux années 1970 et à la fin des «Trente Glorieuses», les 30 années d’après-guerre où la France a explosé.

«C’est lié à la façon dont les Français voient le monde et leur place dans celui-ci. Ils ont des attentes élevées en matière de qualité de vie, de libertés et de nombreuses valeurs impulsées par la Révolution française, ce qui constitue une référence de satisfaction élevée », déclare Claudia Senik.

«Ils reviennent à un âge d’or où la France a fait les règles du jeu, et maintenant nous ne sommes qu’un autre petit pays obligé d’accepter et de s’adapter aux règles.»

Dans son document de recherche, «The French Unhappiness Puzzle» (Le puzzle français du malheur) , Claudia Senik a constaté que même lorsqu’ils quittent la France pour vivre ailleurs dans le monde, ils emportent leur morosité avec eux, suggérant que ce n’est pas la France mais le fait d’être français qui rend les gens malheureux.

«J’ai été surpris de découvrir que depuis les années 1970, les Français sont moins heureux que les autres dans les pays européens, beaucoup moins heureux que vous ne l’auriez pensé, compte tenu de leur niveau de vie, de leur mode de vie, de leur espérance de vie et de leur richesse », explique Senik. « C’est un problème de culture, pas de circonstance. C’est ce qu’ils ressentent, leur mentalité.»

En France, peu de raisons d’être sombre !

Sur le papier, les Français ont peu de raisons d’être sombres: ils bénéficient d’un accès gratuit et universel à un système de santé enviable classé premier par l’Organisation mondiale de la santé, des écoles et universités gratuites, une semaine de travail maximale de 35 heures, six semaines de vacances annuelles, payées congé parental et un filet de sécurité sociale enviable.

Malgré les grèves récentes, le système de retraite est relativement généreux: l’âge de la retraite est de 62 ans, mais de nombreux travailleurs du secteur public, y compris les conducteurs de train, peuvent prendre leur retraite beaucoup plus tôt, certains au début de la cinquantaine. Ce n’est pas que du lait et du miel: le chômage est élevé, en particulier chez les jeunes, et les ruraux affirment – à juste titre – que les régions rurales sont «désertifiées», abandonnées par les professionnels de la santé et les entreprises.

Christian Malard, directeur des nouvelles étrangères à France 3, l’une des chaînes de télévision publiques, a décrit ses compatriotes comme des « pleurnichards » et a déclaré dans une interview que « se plaindre devrait être un sport national ».

 «La mélancolie française est un paradoxe déroutant», explique Matthew Fraser, professeur anglo-canadien à l’Université américaine de Paris.«Après trois décennies en France, je me suis demandé à maintes reprises comment une nation si gâtée, célèbre pour sa joie de vivre, est toujours aussi misérable et sanglante?»

Fraser dit que comprendre cette misère signifie regarder dans l’âme française. «Les Français sont philosophiquement pessimistes. Dans la culture anglo-protestante, nous sommes tournés vers l’avenir avec optimisme, animés par les objectifs de progrès et de gain matériel, enhardis par la conviction que tout est possible », dit-il. «La culture française, en revanche, est cynique, fataliste et essentiellement pessimiste. Les Anglos vivent dans une culture du «oui»; les Français vivent dans une culture du «non».

«Les Américains consultent les coachs de vie dans le but de s’améliorer. Il est axé sur les objectifs et basé sur une perspective positive », dit-il.

La France, les Français et la mélancolie

Les Français voient un psychiatre pour la vie et ne sentent jamais que leurs problèmes profonds ont été résolus. La mélancolie française est inscrite dans la littérature et l’art. Voltaire a saturé l’optimisme dans son classique «Candide». Plus tard, l’existentialisme français a rendu le nihilisme à la mode », ajoute Fraser.

Anne-Elisabeth Moutet est française, mais semble assez heureuse, peut-être parce qu’elle a fait ses études à l’étranger et a passé du temps aux États-Unis. «Est-ce juste un article? Je pense qu’il faut une série », plaisante-t-elle. Anne-Elisabeth Moutet est journaliste et commentatrice politique à Paris, et dit que les Français souffrent du «syndrome du grand coquelicot *.

« La vie est plutôt belle ici et il y a beaucoup de choses que les Français tiennent pour acquises que les gens des autres pays ne s’attendent pas ou qui coûtent de l’argent », dit-elle. «Les Français n’apprécient pas ça.

* [ NDLR : Le syndrome d’exposition élevée correspond au fait que les individus génèrent de la haine chez d’autres personnes lorsqu’ils se démarquent trop dans certains domaines. … Le syndrome d’exposition élevée est également appelé « syndrome du grand coquelicot »]

«Aux États-Unis, vous pouvez faire faillite si vous êtes malade et que vous n’avez pas d’assurance maladie !  Mais quand vous n’êtes pas malade, vous vous amusez», dit-elle. «En France, vous n’avez pas à payer pour l’éducation ou la santé, mais si vous dites que vous êtes heureux et prospère, quelqu’un viendra vous couper à la taille. La pensée originale n’est pas encouragée, les grands coquelicots ne sont pas encouragés.»

En France, pour vivre heureux, vivons caché !

« La France n’est pas une civilisation » oui, nous pouvons « , c’est un » non, nous ne pouvons pas « .
Nous avons un dicton: si vous voulez vivre heureux en France, vivez caché », dit Moutet.

 « La France n’est pas la civilisation du oui, nous pouvons « , mais c’est un  » non, nous ne pouvons pas « .

Cette crise existentielle a cependant un côté grave. En 2014, une étude de l’agence nationale de sécurité des médicaments du pays a révélé que 32% des Français prenaient des antidépresseurs, des somnifères ou d’autres médicaments altérant l’humeur de façon régulière ou occasionnelle.

La France 17 ème en taux de suicide par population

L’autorité de santé publique française a suggéré que 7,2% des adultes français avaient tenté de se suicider à un moment donné et l’OMS place la France 17e sur sa liste de taux de suicide par population, 10 places de plus qu’aux États-Unis et bien au-dessus de l’Irak (165e), de la Somalie (141e) et Afghanistan (137e).

L’Observatoire du bien-être, qui réalise des enquêtes trimestrielles auprès de 2000 ménages français, affirme que ses recherches montrent que les Français sont les plus déprimés lorsqu’on les interroge sur l’avenir. Moins de 10% sont optimistes quant aux perspectives de la prochaine génération et environ le même nombre ne pensent pas que leur niveau de vie ou leurs finances s’amélioreront.

Senik suggère qu’une des racines de la mélancolie française est le système d’éducation rigide du pays qui, selon elle, encourage une concurrence intense pour être la meilleure, laissant le reste se sentir inférieur, créant des attentes irréalistes et favorisant la méfiance et l’envie. « Cela ne renforce pas l’estime de soi ou la confiance en soi », dit-elle.

Greves-La-France-analysee-par-d-autres-pays
Des manifestants brandissent des pancartes et brandissent des drapeaux lors d’une manifestation à Nantes, en France, dans le cadre du sixième jour d’une grève massive contre les projets du gouvernement de refondre le système de retraite. (LOIC VENANCE / AFP / Getty Images)

La France : une société de détestation mutuelle

Dans son nouveau livre, «Delicious French Unhappiness», Denis Olivennes écrit que la France est devenue une «société de détestation mutuelle».

«Le modèle français, le sentiment fort d’une culture identitaire commune, est terminé. Tout le monde pense que leur voisin a mieux que lui et nous avons donc tous ce ressentiment social intense, cette jalousie et cette méfiance », écrit-il.

Ce paradoxe du bonheur français est illustré par les troubles actuels: plusieurs sondages suggèrent qu’une majorité soutient la nécessité d’une réforme des retraites, mais une majorité soutient également les grèves. Senik dit que la grève et la protestation peuvent être un cliché français, mais c’est un moyen pour ses compatriotes d’exercer leur identité et de rejeter l’homogénéisation terne de la mondialisation.

Un exemple coloré de cela est l’éleveur de moutons moustachu José Bové, qui a pris une tronçonneuse dans un restaurant McDonald’s en construction près de Millau dans le sud de la France en 1999 et est devenu un héros national instantané. Bové et ses partisans considéraient la chaîne de restauration rapide comme l’incarnation de la malbouffe, de l’infâme influence américaine et des horreurs de la mondialisation. À l’époque, comme aujourd’hui, la France était l’un des plus grands marchés de McDonald’s en dehors des États-Unis.

Philippe André, un Français optimiste et joyeux vivant à Paris, rit des contradictions. «Si les Français étaient logiques… eh bien, ils ne seraient pas français», dit-il.

Article original écrit par Kim Willsher en date du 12 Décembre 2019 sur  LAtime.com

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Rédacteur en Chef de Tv Languedoc

Vous pourriez être intéressé par

VOTRE OPINION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *