Nîmes : Blocage de l’incinérateur par les gilets jaunes

Nîmes : Blocage de l’incinérateur par les gilets jaunes
3.9 (77.5%) 8 vote[s]

L’incinérateur de Nîmes bloqué par les gilets jaunes

Délogés des rond-points de Nîmes par les forces de l’ordre, 80 gilets jaunes se sont organisés et bloquent depuis hier soir 19h, l’incinérateur de déchets de Nîmes La Bastide (proche du Mas de Chelon) afin de continuer leur mouvement social contestataire contre dixit  » les mesures prises à la hâte  » par le président et son gouvernement et surtout la mise en fonction rapide du RIC

Changement de stratégies des gilets jaunes

80 Gilets Jaunes ont donc décidé de bloquer hier soir l’accès l’entrée de l’incinérateur de déchets de Nîmes à tous les camions se présentant devant l’usine. Pourquoi un tel changement de stratégie ? Devant la réaction de l’exécutif de durcir les sanctions contre les gilets jaunes bloquant les rond-points, ceux-ci ont changé leurs manières de se faire entendre auprès des automobilistes sans les bloquer pour autant pour les fêtes de Noël. En effet, une sanction pèse désormais individuellement sur chaque gilet jaune. La menace qui pèse au dessus d’eux est précise et surtout d’ordre de sanction financière, car elle touche là ça fait mal … c’est à dire aux portefeuilles même de chacun des gilets jaunes.

blocage-route-incinerateur-nimes-gilets-jaunes-20-dec
80 gilets jaunes bloquent la route menant vers l’incinérateur de déchets de Nîmes

Comment briser le mouvement de l’intérieur ? 

Si un camion ou une semi-remorque devant livrer son contenu au centre commercial le plus proche se retrouvent bloqués par les gilets jaunes, la peine encourue pour chaque individu présent sera d’une amende de 2 000 à 4 000 euros par personne. Devant cette menace personnelle pesant sur chaque individu se trouvant à un point de blocage, les gilets ont donc décidé de quitter les rond-points du Mas de Cheylon et de Saint Césaire et de se diriger vers l’entrée de l’incinérateur de déchets de Nîmes afin de bloquer l’accès à tous  les camions remplis de déchets, afin de toucher  » indirectement  » à l’économie du département, mais  également au système olfactif des dirigeants de la région, comme celui du gouvernement.

Il est sur qu’à un certain moment (très proche), le risque d’engorgement va se faire sentir. Les effluves pestilentielles des déchets risquent de remonter au nez des élus locaux très rapidement, vu le très grand nombre des communes du Gard, dont la Métropole de Nîmes qui viennent déverser quotidiennement leurs déchets dans cette incinérateur, mais également une partie des communes de l’Hérault, et certaines communes limitrophe des Bouches du Rhône. Et en cette période de festivité, cela risque de ne pas sentir très bon pour certains.

Bloquant derechef le processus issus de cette incinérateur, à savoir la filière du tri des déchets recyclables par les sociétés du groupe PAPREC, (spécialiste du recyclage et de la valorisation des déchets) , les gilets jaunes provoqueront bientôt de ce fait un blocage partiel de l’usine de recyclage, faute de matière à recycler.

Exception d’entrée à l’usine

Cependant, si les camions sont bloqués, certains camions sont autorisés à entrer dans l’usine. Les camions en provenance des hôpitaux transportants des déchets d’ordres médicaux (matières organiques et objets souillés comme seringues, pansements etc) ne sont pas interdit d’entrer dans l’usine d’incinération, car « hors de question de déclencher un risque sanitaire, voire une épidémie «  m’a déclaré Thierry X, un des membres des gilets jaunes locaux, soucieux du risque supplémentaire ce que ce blocage peut entrainer.

« Contrairement à ce que l’on croit, ou que l’on tente de faire croire » comme le précise Thierry des Gilets jaunes Gardois, « le mouvement des gilets jaunes est toujours omniprésent dans le département et nous attendons pacifiquement, mais de pied ferme la venue des forces de l’ordre. Qu’ils nous délogent, nous reviendrons le lendemain, comme une souris jouant avec le chat, tels les camisards cévenols de l’époque contre les Dragons du Roi Soleil»

Nul doute que les plus irréductibles gardois risquent de passer la nuit de Noël à bloquer les points cruciaux du département et sans doute à manger du sanglier autour d’un feu de bois comme dans une certaine bande dessinée.

Un blocage de moins de 24 h

A savoir que ce groupe de gilets jaunes a été délogé par les forces de sécurité locale (CRS)  libérant la route menant à l’entrée de l’usine ce midi.

Affaire à suivre

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Rédacteur en Chef de Tv Languedoc

Vous pourriez être intéressé par

VOTRE OPINION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *