Shenzhen interdit de manger des chiens après le virus

Les scientifiques soupçonnent le coronavirus transmis aux humains par les animaux. Certaines des premières infections ont été détectées chez des personnes exposées à un marché de la faune dans le centre de Wuhan, où des chauves-souris, des serpents, des civettes et d’autres animaux étaient vendus.
La maladie a infecté plus de 935 000 personnes dans le monde et en a tué environ 47 000.

Finalement, le coronavirus sauve des chiens et des chats à Shenzhen

A Shenzhen, les autorités du centre technologique du sud de la Chine ont déclaré que l’interdiction de manger des chiens et des chats entrerait en vigueur le 1er mai.

« Les chiens et les chats en tant qu’animaux de compagnie ont établi une relation beaucoup plus étroite avec les humains que tous les autres animaux, et l’interdiction de la consommation de chiens et de chats et d’autres animaux de compagnie est une pratique courante dans les pays développés et à Hong Kong et à Taiwan« , a déclaré le gouvernement de la ville de Shenzhen dans une communiqué publié mercredi.

«Cette interdiction répond également à la demande et à l’esprit de la civilisation humaine.»

La plus haute législature de Chine (Shenzhen) a déclaré fin février qu’elle interdisait le commerce et la consommation d’animaux sauvages. Ce qui ravira nombre d’amis des bêtes en France et en Europe.

Des conditions sanitaires de tueries digne du moyen-âge insupportables pour Shenzhen
Des chiens destinés à la consommation en Chine

Manger des chiens : une culture ancestrale

Manger de la viande de chien est une culture alimentaire nommée « cynophagie ». Elle est pratiquée dans de nombreux pays, mais surtout en Afrique et en Asie.

Présente dans les histoires de la Rome antique, de la civilisation aztèque, et même en Europe au début du 20ème siècle, cette pratique est devenue interdite et perçue avec dégoût par les occidentaux dès la fin du 20ème siècle. Cela provient de la proximité avec cet animal qui est devenu domestique, familier, et fidèle compagnon de l’homme.

Ce mets gastronomique plus connu en Chine sous le nom de « viande parfumée » 香肉 (xiāng ròu), est une ancienne tradition qui a débuté il y a déjà plus de 2000 ans dans le pays.

Des conditions sanitaires de tueries digne du moyen-âge insupportables pour Shenzhen
Les chiens chinois entassés attendent la mort dans des conditions de souffrances inégalées

La consommation d’animaux domestiques critiquée à Shenzhen

Cette pratique qui consiste à manger de la viande de chien a commencé à être beaucoup critiquée ces dernières années dans le pays même, à tel point que le gouvernement chinois envisageait depuis quelques temps de mettre en place une législation qui viserait à interdire le massacre et la consommation de viande de chien.

Il aura donc fallu attendre une pandémie mondiale qui touchent les chinois pour que le réveil sanitaire se fasse.

Plusieurs pays comme les Philippines et Taïwan, ainsi que la ville de Hong Kong ont déjà pris les devants en bannissant la consommation de l’animal.

Des conditions sanitaires de tueries digne du moyen-âge insupportables pour Shenzhen
Des conditions sanitaires de tueries digne du moyen-âge insupportables pour Shenzhen

Une pandémie de coronavirus provoque t-elle une changement de mentalité à Shenzhen?

Pas vraiment sur … car si ce genre de festival est vu d’un mauvais oeil par les sociétés protectrices des animaux chinoises, c’est surtout à cause des conditions horribles dans lesquelles les animaux sont gardés, puis tués.

En chine, la souffrance animale amuse les passants avant de se mettre à table
En chine, la souffrance animale amuse les passants avant de se mettre à table

Ceux-ci sont parqués par dizaines dans de petites cages durant des heures ou même des journées entières, sans eau ni nourriture avant d’être éliminés. Certains à bout de force meurent pendant le voyage vers le marché.

Les autres y agonisent en attendant d’être achetés pour être consommés dans un restaurant. Les animaux sont ensuite abattus sauvagement, de toutes les manières possibles effroyables et imaginables dans des conditions d’hygiènes digne du moyen-âge occidentale

En Chine, au festival de Yulin, les massacres de chiens pour les déguster sont prisées par la population, mais dans des conditions sanitaires de tueries digne du moyen-âge insupportables pour Shenzhen
En Chine, au festival de Yulin, les dégustations de chiens sont prisées par la population

Rassurez vous, les occidentaux et les français font pareil concernant les animaux de ferme comme le transport sur 3000 km de veaux à peine sevrés, ou certaines pratiques d’abattages dénoncé par L214 comme par exemple dans les abattoirs de la ville d’Alès dans le Gard. ( mais chuuut faut pas le dire … )

Il aura fallu une pandémie mondiale pour que le gouvernement décide de se prononcer sur l’arrêt du commerce et la consommation d’animaux sauvages. Cependant on ne parle pas des chiens qui continuent d’être élevés en captivité; donc non sauvages. Comme quoi, on ne peut être sur de rien.

Tout laisse croire que le festival de Yulin et les pratiques de dégustation de félins et canidés continueront, car malheureusement les anciennes coutumes ont la peau dure !

En Chine, les chiens sont ébouillantés vivants depuis des années
En Chine et au Viet-nam, les chiens sont ébouillantés vivants comme le raconte Audrey

Shenzhen : 1ère ville au monde à prendre au sérieux les enseignements de la pandémie du coronavirus

« Shenzhen est la première ville au monde à prendre au sérieux les enseignements tirés de cette pandémie et à apporter les changements nécessaires pour éviter une autre pandémie », a déclaré Teresa M. Telecky, vice-présidente du département de la faune de la Humane Society International.

«Les mesures audacieuses de Shenzhen pour arrêter ce commerce et la consommation d’espèces sauvages sont un modèle à suivre pour les gouvernements du monde entier.»

En Chine, les chiens sont ébouillantés vivants depuis des années
Les deux chiens qui sont train de cuire ébouillantés vivants essayent de sortir …

Source : Reuters Chine

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Rédacteur en Chef de Tv Languedoc

Vous pourriez être intéressé par

VOTRE OPINION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *