Un journaliste de Nice Matin raconte le drame qui s’est déroulé près de lui

Soirée cool à Nice

C’était une soirée cool …

C’était une soirée cool, ce soir à Nice. L’ambiance était bonne, le feu d’artifice plutôt chouette, les gamins jetaient des galets dans l’eau et le réseau plantait. Bref, c’était une soirée cool. La Prom’ était noire de monde. Comme pour tous les 14-Juillet. J’avais choisi de passer la soirée sur la plage au niveau du High-Club, juste à l’endroit où la Prom’ devenait piétonne.

Dès la fin du show, on s’est tous levé, en même temps. Direction les escaliers, tous esquichés comme des sardines. Je zigzaguais entre les gens pour rejoindre mon scooter, garé à deux pas. Au loin, un bruit. Des cris. Ma première pensée: un malin a voulu faire son petit feu d’artifice de son côté et ne l’a pas maîtrisé…

Mais non. Une fraction de seconde plus tard, un énorme camion blanc filait à une allure folle sur les gens donnant des coups de volant pour faucher un maximum de personnes. Ce camion de la mort est passé à quelques mètres de moi et je n’ai pas réalisé. J’ai vu des corps volaient comme des quilles de bowling sur son passage. Entendu des bruits, des hurlements que je n’oublierai jamais. J’étais tétanisé. Je n’ai pas bougé. J’ai suivi ce corbillard des yeux.

Autour de moi, c’était la panique.

Les gens couraient, criaient, pleuraient. Alors, j’ai réalisé. Et j’ai couru avec eux. Direction le Cocodile, dans lequel tout le monde venait se réfugier. Je n’y suis resté que quelques minutes mais qui m’ont paru une éternité. « Mettez vous à l’abri.» « Ne restez pas là» : « Où est mon fils? Où est mon fils?» Des mots entendus autour de moi.

Je voulais absolument savoir ce qu’il s’était passé. Je suis alors sorti. La Prom’ était déserte. Aucun bruit. Pas de sirène. Aucune voiture. J’ai alors traversé le terre-plein pour retourner à l’endroit du passage du camion. J’ai croisé, Raymond, la cinquantaine, en larmes qui m’a soufflé: “il y a des morts partout”. Il avait raison.

Du sang et des gémissements.

Juste derrière lui, des corps tous les 5m sans vie, des membres … Du sang. Des gémissements. Les plagistes ont été les tous premiers sur les lieux. Ils ont amené de l’eau pour les blessés et des serviettes qu’ils ont déposées là où il n’y avait plus d’espoir.

A ce moment, j’ai manqué de courage. J’aurais voulu aider, rendre service… bref faire quelque chose. Mais je n’ai pas réussi. Tétanisé encore.

Une deuxième vague de panique m’a ramené au Cocodile. «Il revient ! Il revient!» C’était faux. Le camion-tueur a fini sa course des dizaines de mètres plus loin, criblé de balles. Je n’ai entendu aucun de feu. Juste des cris. Et maintenant des pleurs. Que des pleurs.

J’ai tracé. Tout droit. Récupéré mon scooter pour partir le plus loin de cet enfer. J’ai remonté la Prom’ et j’ai pris conscience de l’ampleur du drame. Des corps et des blessés jonchaient le trottoir jusqu’au niveau de Lenval. Les premières ambulances commençaient à arriver…

Cette soirée, c’était l’horreur…

Damien Allemand
Journaliste sur #LesInternets – Responsable du service digital @Nice_matin #monjournal

 

Résumé de la situation à 1h30 :

A Nice, un camion a foncé sur la foule réunie sur la Promenade des Anglais venu voir ce jeudi soir, le feu d’artifice du 14 Juillet, jour de la fête nationale.

Le bilan provisoire s’établit à 2 heure trente du matin à plus de 77 morts
(dont un policier) et 50 blessés dont 15 en « urgence absolue »
Le véhicule qui a foncé dans la foule transportait des armes à feu, des grenades et des explosifs.
Selon une source policière, le conducteur était armé et a été tué par les forces de police. L’identité du conducteur comme sa nationalité n’a pas été révélée. Par ailleurs, un commissaire de police aux frontières a trouvé la mort … « Une grande personnalité de la police a été tué » explique l’ancien maire de Nice Christian Estrosi.

La préfecture des Alpes-Maritimes a demandé aux habitants de rester cloîtrés.
Le Plan Orsec et le plan Blanc sont déclenchés.
Les bals du 14 Juillet ont été stoppés à Cannes et aux alentours.
La section anti-terroriste du parquet de Paris se saisit de l’enquête

Comme en Israël

Cette attaque ressemble fortement aux attaques que subit Israël depuis des années où les kamikazes lancent les camions dans la foule.

Des images insoutenables

Les corps jonchent le sol. Un mort tous les 10 mètres comme le montre une certaine vidéo extrémement dure …
relayée par Wikileaks sur le compte twitter :  https://twitter.com/NewsThisSecond.
Nous ne relayons pas sur notre site web ces images, car elles tombent sous le coup d’un loi française, la préservation de l’identité des victimes.

Cependant la réalité des faits est là …
Alors que les chaines d’informations nous montrent des enfants tués au proche orient et d’innombrables victimes au sol … qu’est ce qui les différencient avec nos victimes du Bataclan, ou celles de Nice ?

Aucune Revendication

Selon notre consoeur journaliste Jenan Moussa journaliste itinérante à Al Aan TV, basée à Dubaï …
Nice‬  : Plus d’une heure passée, aucune demande officielle par une quelconque organisation terroriste pour l’attaque de Nice.
ISIS n’a rien revendiqué jusqu’à maintenant.

Source information : Jenan Moussa – journaliste itinérante qui gravite autour du Moyen-Orient. Spécialisée dans la vérification des poubelles pour les documents secrets et les ordinateurs portables ISIS. (Cavalière solitaire)

Point de vue de la journaliste Jenan Moussa
Point de vue de la journaliste Jenan Moussa

 

 

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Rédacteur en Chef

Vous pourriez être intéressé par

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE