Des parents en colère à St Ambroix

Des parents en colère à St Ambroix
Notez cet article

Dans l’école maternelle Florian de St Ambroix, la rentrée n’a pas été de tout repos dans le nord du Gard. Une classe de maternelle fermée à la fin des vacances, avec comme résultat, plus de 36 enfants par classe, entassés à la va comm’ j’te pousse, cette rentrée des classes 2013 a été éprouvante pour les parents. Non respect des tranches d’âges, une qualité d’enseignement qui décline, des parents d’élèves inquiets pour l’avenir de leurs enfants. Il n’en fallait pas plus pour que le maire Dianel Pialet se bouge et mobilise avec l’appui du député, de nombreux autres maires et des parents d’élèves. 

St Ambroix en colère 

Des parents en colère devant l’école maternelle Florian

Un sourire en direct devant notre caméra , le moment où le maire de Saint Ambroix, Dianel Pialet, apprend par téléphone la réouverture de la classe de maternelle. Combat gagné pour le Maire et le Député. Tv Languedoc a suivi de A à Z, cette journée de rentrée scolaire pas comme les autres.

Des parents passablement énervés

Le jour de cette rentrée scolaire 2013, l’énervement des parents présents était visible devant l’école maternelle Florian de St Ambroix. Certains parents étaient prêt à bloquer l’école si l’administration ne comprenait pas le problème de sur effectif suite à une fermeture de classe.

L’inspectrice gênée par notre caméra et la soixantaine de personnes présentes. Suite à la visite de l’inspectrice de l’éducation nationale venue compter les élèves, un comité musclé de parents en colère était présent à l’entrée de l’école Maternelle Florian pour appuyer la réouverture d’une classe fermée sans raison valable.

Une inspectrice énervée 

L’inspectrice Mme Kaysen était fortement attendue devant les grilles de l’école par Fabrice Verdier, le député local et par Daniel Pialet, le maire de la ville en compagnie de nombreux adjoints. Tout cela avec le soutien inconditionnel des maires des villages voisins sans école et de nombreux parents en colère issus de Saint Ambroix et des villages aux alentours. Refusant une photo de groupe pour les médias papiers, l’inspectrice énervée est aussitôt entrée dans la maternelle en compagnie du maire et du député pour compter les élèves.

Une réponse à demi mots

Au retour de cette inspection, constatant que « les effectifs attendus sont là, à deux élèves absents dont les absences sont justifiées » dixit l’inspectrice, si le résultat (positif) n’a pas annoncé clairement aux parents présents, les conditions requises sont pourtant là … avec un sous entendu qui a été lâché à demi mot … système administratif oblige.

Le résultat définitif devant être annoncé par la voie hiérarchique, après consultation d’un comité technique et de la décision définitive du directeur académique. (Certains sourires crispés montraient que l’entrevue brève et ferme dans l’école s’est déroulée de manière  » courtoise « … sans plus).

Quoi qu’il en soit … le résultat de cette mobilisation a été payant. Cette quatrième classe ouvre de nouveau. L’ancien professeur des écoles muté sur Alès, reviendra sur Saint Ambroix très rapidement pour reprendre sa fonction.

Perte économique

Il est vrai qu’un professeur manquant, (donc un couple avec un ou deux enfants en moins sur un petit bourg comme Saint Ambroix), c’est une famille de consommateurs en moins. Même chose pour ces nouvelles familles qui décident de s’installer dans cette bourgade, ne voyant aucune place de disponible en maternelle, choisiront alors une autre ville mieux desservie, ce qui aggravera la désertification rurale de ces villages gardois, qui ont besoin de rajeunir leurs populations.

Une classe fermée à la hâte

De ceci découle également une perte indirecte d’un développement économique local auquel on ne pense pas automatiquement. Tout est lié, tout se tient et commence dès l’arrivée des enfants en classes de maternelle. Les élus l’ont bien compris et ils se sont battus pour cela, avec un résultat positif au bout du compte. Une réouverture ou plutôt une classe fermée à la hâte, à la veille des vacances, pensant que personne ne bougera dans un village gros bourg comme Saint Ambroix.

Qui est au service de qui ?

De part cette décision de fermer des classes ou de déplacer des enseignants ici et là, peux t-on dire que les décisions locales des services départementaux de l’éducation nationale vont elles quelques fois à l’encontre des déclarations du Président de la République et des désidérata du ministre de l’éducation ?  Quid des directives que l’administration doit suivre à la lettre ? Ce n’est sûrement pas simple de faire plaisir à tout le monde … mais qui est au service de qui ?

Poudre aux yeux

Les parents ne sont pas dupes, certains disent que ce n’est que de la poudre aux yeux, que l’enseignement est décalé suite aux mélanges des enfants, ne respectant pas les tranches d’âges de ces derniers si cette classe ne ré-ouvre pas. Reste à savoir si les enfants de 2 ans seront accueillis également pour cette rentrée 2013.

Affaire à suivre …

Incohérence ou obsolescence programmée de nos villages ?

Combien de villages subissent des décisions administratives absurdes, classes ou écoles qui ferment, services publics de proximité qui abandonnent les citoyens, gares et trajets ferroviaires sacrifiés sur l’autel de la rentabilité, augmentant ainsi une désertification rurale, sans se soucier des conséquences dramatiques qui en découlent ?

Une évidence ressort de cette journée passée en compagnie du Maire de St Ambroix, sans la mobilisation des parents et des élus, rien n’eût été possible. Comme quoi, le pot de terre peut gagner quelques fois ! Tout dépend du nombre de pot.

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Co-fondateur et Rédacteur en Chef de Tv Languedoc

Vous pourriez être intéressé par

Laisser une critique