Daniel Larribe, ex otage cévenol

Daniel Larribe, ex otage cévenol
Notez cet article

Premier discours d’un homme libre.

C’est suite à cette seconde prise de parole publique qu’a donné l’ex otage d’Al Qaida, Daniel Larribe, ce jeudi 18 décembre 2014 à Nimes, que nous repensons à son premier discours d’homme libre, à ce premier discours non forcé par la contrainte médiatique, mais encore tellement affecté par la rude épreuve que Daniel et sa femme Françoise ont subi pendant plus de 1 300 jours.

Dans ce premier discours, un an après sa libération, aucun journaliste ne le questionne, aucun politicien ne peut récupérer son réel premier message d’homme libre, grâce à sa femme Françoise qui veille au grain. Non contraint par le poids médiatique, Daniel effectue ce discours de son propre chef, près de chez lui, entouré par sa famille et ses nombreux amis, sur un lieu historique rempli de symboles, de tolérance … le petit village de Mialet dans le Gard.

Daniel Larribe, ex otage cévenol

Le 7 Septembre 2014, Daniel Larribe explique sa mésaventure à ses amis et aux nombreuses personnes présentes qui ont fait le trajet pour se réunir à la grand assemblée protestante qui à lieu chaque année au Mas Soubeyran à Mialet, sur ce lieu chargé d’histoire pour les Cévenols et autres Languedociens que nous sommes, que l’on soit natif, de coeur ou d’adoption.

Les Cévennes … cette magnifique région du Languedoc qui a tant souffert de la volonté d’un roi despote envers le peuple du royaume de France, un roi soleil qui n’a pas toujours brillé par ses actions, ni son intolérance envers les chrétiens protestants. Je me pose même la question suivante, quelle est en fin de compte, la différence entre des preneurs d’otages et le Roi de France Louis XIV ?

Ce message du 7 Septembre 2014 est rempli d’amour et de compassion, même envers les geôliers. Moins envers les forces françaises qui ont failli  » le dézinguer  » (pour reprendre ses mots), tellement les militaires furent proches des otages, mettant ainsi en danger leurs vies de par les bombardements français pendant l’opération Serval. (Dans les milieux militaires certains penseront sans doute … pertes collatérales à la lecture de ce reportage)

D’entendre le premier récit de Daniel Larribe et de sa femme Françoise, ne laisse personne insensible,des mots et des phrases d’une force intense que l’on n’a jamais entendu ni à la télévision, ni à la radio.

Un message libre, sans aucune contrainte d’ordre médiatique, dû aux nombreux journalistes, reporters d’images et pigistes à la recherche d’un scoop, d’une image volée, voir d’une phrase lâchée à la hâte. (Ayant subi trop de pressions par cette médiatisation, Françoise Larribe nous a expliqué lors de notre rencontre, ne plus vouloir parler à la presse à ce moment précis, ce que nous respectons).

Comme chaque otage dans le monde, ce que Daniel Larribe a vécu, ne peut être compris que par lui, voir par sa femme qui fut également otage, heureusement moins longtemps que lui. Mais à travers ses mots simples, encore atteint par l’émotion d’en parler, de se rappeler, de se souvenir… chacun peut commencer à comprendre les souffrances que Daniel, Françoise et l’ensemble des otages à travers le monde ont pu ressentir sans rajouter ces superlatifs qui ont fait les Une des gros titres de nombreux tabloïds médiatiques internationaux.

Souhaitons à Françoise et Daniel Larribe une libre ré-adaption dans ce monde d’humains qui est le notre, pas forcément celui que l’on désire et pas toujours tolérant envers son prochain, quelque soit son désert, mais surtout qu’on leur laisse le droit de passer à autre chose …

Plus d’informations
sur le récit complet de Françoise et Daniel Larribe :
sur le musée du désert :

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Co-fondateur et Rédacteur en Chef de Tv Languedoc

Vous pourriez être intéressé par

Laisser une critique