Minneapolis – USA : Mort en Direct de George Floyd

Ce n’est pas un film, ni un fake, mais un évènement sordide qui défraye l’actualité américaine ces derniers jours. La mort en direct de George Floyd, homme noir tué par suffocation par les forces de l’ordre de Minneapolis dans l’état du Minnesota.

MORT EN DIRECT pendant 7 minutes

MORT EN DIRECT : Pendant 5 longues interminables minutes, la vidéo montre l’agonie de George Floyd, un afro-américain d’une quarantaine d’années, plaqué au sol par un policier qui l’étouffe en maintenant son genou sur le cou.

Filmé à Minneapolis lundi soir et diffusé en Facebook live avec leurs téléphones par des passants révoltés, ces images qui ne peuvent qu’émouvoir font le tour du monde et révolte au-delà de l’Amérique. 
La vidéo montre George Floyd en train de se débattre, et on peut l’entendre dire qu’il ne pouvait pas respirer. Quatre minutes plus tard, Floyd semble perdre connaissance. L’officier a continué à le maintenir au sol, jusqu’à ce que Floyd soit tiré brutalement sur une civière.

Selon le quotidien, il est mort plus tard au centre de soins Hennepin Healthcare.

GEORGE FLOYD MORT POUR AVOIR VENDU DES CIGARETTES NON TAXÉES

George Floyd a été arrêté dimanche soir parce qu’il était soupçonné de vendre des cigarettes non taxées, les officiers disent qu’il a résisté à l’arrestation avant qu’un des officiers ne s’agenouille sur le cou de Floyd.

La police a déclaré que l’homme correspondait à la description d’un suspect dans une affaire de contrefaçon dans une épicerie, et qu’il a résisté à l’arrestation. L’officier non identifié ignore ses plaidoyers. « S’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît, je ne peux pas respirer. S’il te plaît, mec », dit l’homme à terre à l’officier.

Après plusieurs minutes, un des officiers dit à l’homme de « se détendre« . Les minutes passent, et l’homme devient immobile sous la contrainte de l’officier. L’officier laisse son genou sur le cou de l’homme pendant plusieurs minutes encore, Mais l’homme à terre ne bouge plus.

Plusieurs témoins s’étaient rassemblés sur un trottoir voisin, certains enregistrant la scène sur leur téléphone. Les spectateurs sont de plus en plus agités alors que l’homme plaide auprès de la police. Un spectateur a dit aux officiers qu’ils devaient le laisser respirer. Un autre leur a crié de vérifier le pouls de l’homme. Rien n’y fait … et les policiers sont nerveux.

L’homme qui est mort a été identifié comme étant George Floyd par Benjamin Crump, un éminent avocat spécialisé dans les droits civils et les blessures corporelles, qui a déclaré avoir été engagé par la famille de Floyd.

« Nous avons tous assisté à la mort horrible de George Floyd sur une vidéo, alors que des témoins suppliaient l’officier de police de le faire monter dans la voiture de police et de le libérer« , a déclaré Benjamin Crump dans une déclaration. « Cet usage abusif, excessif et inhumain de la force a coûté la vie à un homme qui était détenu par la police pour être interrogé sur une accusation non violente« .

Témoignage d’un habitant de Minneapolis

Charles McMillian, 60 ans, de Minneapolis, a déclaré avoir vu la police essayer de faire monter George Floyd à l’arrière de la voiture de patrouille et avoir entendu Floyd leur dire qu’il était claustrophobe.

Après avoir eu le genou de l’officier sur le cou, a dit McMillian, l’homme a commencé à appeler le nom de sa mère, « et puis il est mort ».

« C’est triste parce que cela n’avait pas à se produire« , a dit McMillian.

Le Maire de Minneapolis en colère s’est excusé

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, s’est excusé auprès de la communauté noire ce mardi après midi et a écrit ce message sur les réseaux sociaux

Être noir en Amérique ne devrait pas être une condamnation à mort.

Jacob Frey – Maire de Minneapolis

Pendant cinq minutes, nous avons regardé un officier blanc enfoncer son genou dans le cou d’un Noir. Cinq minutes.
Quand vous entendez quelqu’un appeler à l’aide, vous êtes censé l’aider. Cet officier a échoué dans le sens le plus élémentaire et le plus humain du terme. Ce qui s’est passé à Chicago et sur la 38 ème hier soir est horrible. C’était traumatisant. Cela nous rappelle jusqu’où nous devons aller.

Pendant la majeure partie de la nuit, j’ai essayé de trouver les mots pour décrire ce qui s’est passé.Tout ce à quoi je reviens sans cesse est ceci : cet homme n’aurait pas dû mourir. Ce que nous avons vu est horrible. Complètement et complètement foutu. La vie de cet homme est importante. C’est lui qui compte.

C’était un fils. Un membre de la famille de quelqu’un. L’ami de quelqu’un. C’était un être humain et sa vie avait de l’importance. Quoi que l’enquête révèle, cela ne change rien à la simple vérité, il devrait encore être avec nous ce matin. Je crois que ce que j’ai vu et ce que j’ai vu est faux à tous les niveaux. Cela ne reflète pas les valeurs pour lesquelles le chef Arradondo a travaillé sans relâche.
A notre communauté noire, à la famille : Je suis vraiment désolé.

Minneapolis - USA : Mort en Direct de George Floyd 1
Mort en direct de George Floyd … derniers regards

Les réactions de la police de Minneapolis ne se font pas attendre

Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo, a déclaré que le département mènerait une enquête interne complète.

Des experts en matière d’usage de la force par la police ont déclaré à l’Associated Press que l’officier avait clairement retenu l’homme trop longtemps. Ils ont noté que l’homme à terre était sous contrôle et qu’il ne se battait plus. Andrew Scott, un ancien chef de la police de Boca Raton, en Floride, qui témoigne maintenant en tant qu’expert dans des affaires de recours à la force, a qualifié la mort de George Floyd de « combinaison d’un entraînement inadéquat ou d’un manque de respect de leur entraînement ».

« Il ne pouvait pas bouger. Il leur disait qu’il ne pouvait pas respirer, et ils l’ont ignoré« , a déclaré Scott. « Je ne peux même pas le décrire. C’était difficile à regarder.« 

L’affaire Garner

L’officier de la ville de New York dans l’affaire Garner a dit qu’il utilisait une manœuvre légale appelée « la ceinture de sécurité » pour faire tomber Garner, qui, selon la police, résistait à son arrestation. Mais le médecin légiste l’a qualifiée d’étranglement dans le rapport d’autopsie et a déclaré que cela avait contribué à sa mort. Les manœuvres d’étranglement sont interdites par la politique de la police de New York.

Un grand jury a par la suite décidé de ne pas inculper les officiers impliqués dans la mort de Garner, ce qui a suscité de nombreuses protestations dans tout le pays.

S’agenouiller sur le cou d’un suspect est autorisé à Minneapolis

A Minneapolis, s’agenouiller sur le cou d’un suspect est autorisé en vertu de la politique de recours à la force du département pour les officiers qui ont reçu une formation sur la façon de comprimer un cou sans appliquer de pression directe sur les voies respiratoires. Cette pratique est considérée comme une « option de force non mortelle », selon le manuel de politique du département.

Un étranglement est considéré comme une option de force mortelle et implique que quelqu’un obstrue les voies respiratoires. Selon la politique de recours à la force du ministère, les agents doivent utiliser uniquement la force nécessaire qui serait objectivement raisonnable.

Le syndicat de la police a demandé au public d’attendre que l’enquête suive son cours et de ne pas « se précipiter pour juger et condamner immédiatement nos agents« . Le bureau du procureur du comté de Hennepin, qui se chargerait de toute poursuite contre la police sur la base d’accusations d’État, a déclaré dans une déclaration qu’il était « choqué et attristé » par la vidéo et s’est engagé à traiter l’affaire de manière équitable.

Le bureau du procureur du Minnesota a décliné tout commentaire.

Les quatre policiers limogés sur le champ

Toutes les images des caméras de surveillance du corps dans l’affaire de Minneapolis ont été remises au Bureau d’appréhension criminelle (BCA) du Minnesota, et l’agence a demandé à parler à toute personne ayant vu l’arrestation ou enregistré la vidéo. Les agents impliqués ont été mis en congé administratif payé, selon le protocole du département. L’agence a déclaré que les noms des officiers seront communiqués après les premiers entretiens avec les personnes impliquées et les témoins.

Le FBI mène une enquête fédérale distincte sur les droits civils, à la demande de la police de Minneapolis, a indiqué le BCA. Les messages laissés au FBI n’ont pas été immédiatement retournés.

Les 4 policiers incriminés dans la mort par suffocation de Georges Floyd ont été limogés ipso facto, alors que l’enquête du FBI n’avait pas encore commencé. Les autorités redoutent une révolté et un embrasement de la ville.

Floyd : une mort inutile et inévitable

L’Union américaine des libertés civiles a été parmi les nombreuses organisations qui ont demandé que les agents soient tenus responsables.

« Vous ne pouvez pas regarder cette vidéo épouvantable publiée par de courageux témoins oculaires sur les médias sociaux sans voir le mépris impitoyable des policiers pour la vie d’un homme noir« , a déclaré John Gordon, directeur exécutif de l’ACLU du Minnesota, en qualifiant cette mort « à la fois inutile et évitable« .

Les rédacteurs de l’Associated Press, Gretchen Ehlke à Milwaukee et Todd Richmond à Madison, Wisconsin, ont contribué à ce rapport.

Réactions de deux élus

Minneapolis - USA : Mort en Direct de George Floyd 2
le tweet du maire qui approuve le licenciement des 4 policiers

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey a tweeté à propos de ces licenciements, disant «  C’est la bonne décision « .

Minneapolis - USA : Mort en Direct de George Floyd 3
Amy Klobuchard, la sénatrice du Minnesota répond au Maire par tweet

 » C’est un pas dans la bonne direction, les responsables doivent encore être tenus responsables dans toute la mesure de la loi. La justice doit être rendue «  répond par tweet la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar qui s’est félicitée de ce limogeage express et a demandé que justice soit faite pour Georges Floyd.

ÉMEUTES A MINNEAPOLIS

Gaz lacrymogène et scènes de colère

Alors que les manifestants descendent dans les rues de Minneapolis après la mort de George Floyd, un homme noir non armé, les gaz lacrymogènes et de nombreuses scènes de révolte et de colère apparaissent.

La vidéo d’un homme noir maintenu dans la rue par des policiers a suscité l’indignation nationale

Des foules de manifestants se sont affrontées à la police de Minneapolis lors des manifestations pour la mort de George Floyd, un homme noir non armé qui est mort en détention peu après son arrestation. La police a tiré des gaz lacrymogènes et mis des équipements anti-émeutes alors que les manifestants se rassemblaient devant le magasin Cup Foods au coin de la rue où M. Floyd est mort.

A distance les uns des autres, les organisateurs ont adressé à la foule des chants de « Je ne peux pas respirer« , que George Floyd a dit à la police alors qu’il était agenouillé sur le dos lors de son arrestation. Les dirigeants de la manifestation ont mis l’accent sur le maintien du calme, mais un petit groupe a ensuite commencé à vandaliser un troisième bâtiment de la police et des voitures de police.

M. Floyd est mort le 25 mai lors d’une rencontre avec la police à un carrefour, où un officier blanc lui a mis un genou sur la nuque pendant plusieurs minutes – alors qu’il disait à plusieurs reprises qu’il souffrait et qu’il ne pouvait pas respirer. Une vidéo de sa mort a été largement diffusée dans les médias sociaux et médias main stream.

Les quatre officiers impliqués ont maintenant été licenciés, comme l’a confirmé le maire de Minneapolis, Jacob Frey, qui a décrit les circonstances de la mort de M. Floyd comme « erronées à tous les niveaux« .

I Can’t Breathe

La manifestation était apparemment menée par les organisateurs d’un groupe appelé « I Can’t Breathe » : Protestation contre la violence policière ». En l’annonçant sur leur page Facebook, ils ont écrit que « la vérité est que les agents de la police militaire ont causé la détresse médicale et la mort de la victime par leurs actions inhumaines ». Nous sommes réunis sur le site de la mort de M. Floyd, pour demander justice pour la victime et sa famille ».

La phrase « Je ne peux pas respirer » a longtemps été une caractéristique des protestations contre le traitement policier des noirs américains, provenant de la mort d’Eric Garner, un autre noir qui est mort aux mains de la police en 2014 lorsqu’il a été mis dans un étranglement.

Arrêté parce qu’il était soupçonné de vendre des cigarettes non taxées, sa mort – également filmée sur vidéo – est l’un des cas les plus notoires qui sous-tendent le mouvement « Black Lives Matter« .

Minneapolis - USA : Mort en Direct de George Floyd 4
George Floyd, étouffé non par une corde, mais par un genou de policier de Minneapolis

Brutalités policières

George Floyd rejoint ainsi un grand nombre d’afro-américains ayant subi des brutalités policières par des policiers blancs. Le plus célèbre d’entre eux (malgré lui) fut Rodney King connu pour avoir été passé à tabac le 3 mars 1991, par des policiers de Los Angeles au terme d’une course poursuite à la suite d’un excès de vitesse.

Filmé par un vidéaste amateur, les images de son arrestation firent le tour du monde. Un an plus tard, l’acquittement des quatre policiers impliqués déclencha des émeutes sans précédent à Los Angeles.

Le 29 avril 1992 à Los Angeles, moins de deux heures après que le jury a acquitté les quatre officiers de police poursuivis, des émeutes débutent à Los Angeles. Elles durent six jours, bien que les événements les plus importants aient lieu entre le soir du verdict et le troisième jour. Finalement, on dénombre entre 50 et 60 morts et des dommages matériels s’élevant entre 800 millions et un milliard de dollars.

On recense aussi plus de 3 600 départs de feu, détruisant 1 100 bâtiments. Après un déploiement important de la police et de la garde nationale, 4 000 personnes furent arrêtées.

Vous pourriez être intéressé par

VOTRE OPINION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *