Gaz de schiste … la ministre dit non

Appel pour les gaz de schiste

Pour les gaz de schiste, la ministre de l’écologie, Mme Ségolène Royal, a décidé de faire appel d’une décision de la justice sur l’arrêt du tribunal de Cergy-Pontoise qui est revenu Jeudi 28 Janvier 2016, sur l’abrogation du permis de recherche d’hydrocarbures du groupe Total.

Par ce jugement du 28 janvier, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise à la demande de ces deux sociétés, a annulé une décision antérieure du 12 octobre 2011 par laquelle avait été abrogé le permis exclusif de recherches d’hydrocarbures dit  » de Montélimar « .

La ministre de l’Ecologie s’oppose à cette annulation.

La ministre réaffirme par ailleurs « sa détermination à faire respecter strictement l’interdiction de la fracturation hydraulique dans un objectif de protection de l’environnement et de la santé ». Et de préciser, « la loi rend nécessaire une révision globale de la politique en matière d’exploration d’hydrocarbures pour s’inscrire durablement dans la lutte contre le changement climatique », explique le ministère samedi matin, en annonçant sa décision de faire appel.

Tout le monde il est gentil, tout le monde il est mécontent

Entre les taxis en colère contre Uber et les VTC, ceux qui manifestent contre la déchéance de nationalité, ceux qui manifestent à Marseille contre les boues rouges que l’on déverse dans la mer méditerranée et d’autres qui manifestent contre l’état d’urgence, ça chauffe dur en ce moment pour le gouvernement de François Hollande.

Et de voir les forces vives anti-fracking se réunir prochainement et de manifester contre cette décision de justice favorable au groupe Total, créant des remous dans le flan gauche de son électorat, (ou de ce qu’il en reste) aurait été surement une source de problème supplémentaire (de trop) à gérer pour le gouvernement Valls, d’ou sans doute cette décision extrêmement rapide ce samedi matin 30 Janvier 2016, de faire appel sur l’arrêt du tribunal de Cergy-Pontoise afin de stopper tout problème à venir.

Certes, chacun peut se réjouir d’une telle nouvelle, mais une telle hâte à prendre cette décision après une décision de justice, cela ne ressemble pas à la vitesse de décision habituelle de Mme Royal. Dans notre rédaction, nous avons tellement pris l’habitude de voir des renversements de situation avec la valse des gouvernements Ayrault 1, Ayrault 2, Valls 1 et Valls 2, (comme un pas de danse… un pas j’avance, deux pas je recule … vous connaissez la chanson ? )  qu’on peut se poser la question suivante, peut on faire confiance ipso facto à une annonce de la sorte, qui n’est qu’un effet d’annonce !

Réforme du code minier

Tant que le code minier ne sera pas modifié en profondeur, les risques resteront grands, car si la loi Jacob interdisant la fracturation hydraulique est de mise pour l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes, la loi n’interdit pas le recours à une autre technique, et c’est bien cela le réel fond du problème.

Est il permis de rechercher les gaz de schistes ?

Réponse de normand … oui, mais non !
C’est d’ailleurs toute la faiblesse de la loi de juillet 2011, qui ne faisant référence qu’à cette seule technique de fracturation, montre l’ambiguité du dossier, car rien ne dit que dans  l’avenir, des avancées technologiques ne permettront pas de recourir à d’autres méthodes d’extraction … autre que la fracturation hydraulique. Bien qu’imparfaite, cette loi a le mérite d’exister, mais doit être améliorée rapidement afin de faire taire les ambitions des compagnies pétrolières.

Sur ce débat qui reste technique, mais surtout politique, il est bon de rappeler que d’autres procédés d’extractions sont inventoriés et existent, mais soit n’en sont pas au stade du déploiement industriel, soit ils présentent toujours des inconvénients majeurs. De ce fait, la principale incertitude pour l’avenir reste toujours plus politique que juridique nous précisait un sénateur d’Ardèche (hors caméras) … car les lobbys poussent et continuent de pousser !

Tant que ce gouvernement ou le prochain ne légiférera pour interdire une bonne fois pour toute, l’exploration et l’exploitation de gaz et de pétrole de roche mère comme les autres hydrocarbures non conventionnels, le spectre de la fracturation restera comme une épée de Damoclès au dessus de nos têtes. Cela risque même de devenir une future promesse électorale pour le candidat qui représentera les futurs mécontents pour les élections présidentielles, (promesse en général que le candidat ne tiendra pas) se targuant de préserver notre beau pays, voir la planète.

Comme nous disons dans notre jargon politico-journalistique, certains ou certaines se gardent des biscuits pour 2017.

Certes, les héraultais gardois et ardéchois de tout bord politique et autres fracktivistes du sud, mais également de Savoie comme de Seine et Marne ne vont pas se plaindre, si pour une fois une décision en faveur de l’environnement est prise rapidement, mais ne soyons pas dupes… nous avons le souvenir, il y a quelques temps que Mme Royal ne répondait pas forcément, ni rapidement sur ce dossier des GDS. Un dossier sur lequel deux gardois, Sébastien Espagne et Claude Taton, membres du collectif Bastag Alès avaient apostrophé la ministre de l’environnement devant nos caméras, suite à son silence assourdissant.

Interview complet ici :

Et pour la manifestation de Barjac … on y va ou pas ?

Suite à cette décision ministérielle, et prenant leurs dispositions pour être présents à Barjac, des petits groupes affrètent des cars pour venir des 4 coins de France, la question que chacun peut se poser arrive vite dans les boites e-mails … La manifestation anti-gaz de schiste est elle maintenue le 28 Février ? Ce dimanche après midi 31 Janvier 2016, nous recevons plusieurs confirmations que la manifestation est bien maintenue et que les collectifs lancent leurs communications avec une affiche arborant le fameux masque à gaz …

Pré-réunion publique 

Et de préciser qu’il y aura également une réunion publique, à Barjac, le jeudi 04 février à 20 h.
Grand rassemblement citoyen contre les gaz de schiste à Barjac.
Grand rassemblement citoyen contre les gaz de schiste à Barjac.


A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Rédacteur en Chef

Vous pourriez être intéressé par

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE