Coup de gueule des brocanteurs à Barjac

Si certains brocanteurs se détendent devant nos caméras pendant cette 78 ème foire de la brocante de Barjac, il y en a d’autres, qui le dernier jour balancent et se lâchent devant nos caméras. Des vérités qui peuvent fâcher certaines personnes dans certaines communes languedociennes, albigeoises et toulousaines.

Deux jeunes brocanteurs se lâchent !

Brocanteurs, un métier en perdition ?  Pendant cette période de crise ou les acheteurs sont peu nombreux, certains brocanteurs sont amers et ne sont pas en reste sur ce sujet. Même si le marasme économique est présent dans tous les esprits, Il y a certaines vérités dures à entendre dans ce reportage et montrent bien le désarroi de certains jeunes qui se lancent dans la profession.

Il est vrai que les vide-greniers et les marchés aux puces qui fleurissent de toutes parts, entrent en concurrence avec les brocanteurs. Et pour ces brocanteurs, entre les copies d’anciens Made in China, les ventes sur internet et la concurrence de ces vides greniers à foison à la belle saison, il faut avancer coûte que coûte, car sinon c’est la fermeture. Bref, rien n’est moins sur, pour eux en 2013 !

Coup de gueule de deux brocanteurs

« Le métier n’est plus le même et quand on trouve des superbes lampions qu’une ville du Sud-Ouest désire changer pour poser du luminaire à deux balles, ces lampions partent à la casse, à la broyeuse, ça fait mal tant pour ce mobilier que pour le commerce en règle générale. Même si on paye, même cher, impossible de les récupérer. Le système est pourri ! Nous sommes vraiment dans une société de consommation, et les élus et leurs sous-fifres dépensent l’argent des contribuables pas toujours à bon escient. » nous précise Yannick Alaux, plutôt en colère.

Et son ami brocanteur, Yoann Sibert n’est pas en reste sur ce sujet. « De toute façon, quand les automobilistes roulent trop vite et se plantent dans des poteaux électriques trop durs, qu’est ce qu’on fait ? on change ces poteaux avec un acier pourri venant de chine pour préserver leurs vies (au lieu de les faire ralentir et les sensibiliser au danger de la route), et on leur balance des poteaux à moitié creux d’une fonte-alu de mauvaise qualité. Les étrangers ont presque tout acheté le patrimoine français que nous avions … alors que l’on avait tout en France pour produire de la qualité, ben non … on brade notre patrimoine, et on ne produit plus … c’est effarant »

Des dépenses inconsidérées 

Il est vrai qu’un certain présentateur du journal télévisé de TF1, (le journaliste Jean Pierre Pernaut, pour ne pas le citer) nous montrait, il n’y a pas si longtemps que ça dans la lucarne du soir, des absurdités et des dépenses inconsidérées de la part des villes et des élus en place, sans se soucier de ce qui part à la poubelle. (toute politique confondue). La différence avec les brocanteurs est que  » Eux  » savent exactement ce qui « passe » ou « ne passe pas » dans les bennes et les garages techniques des communes.

L’adage  » rien ne se perd, tout se transforme «  n’est plus de mise. Il suffit d’entendre nos deux brocanteurs spécialistes en plaque de cheminée et autres objets en fonte, pour comprendre leurs désarrois. Seront ils présents l’année prochaine en 2013 ? Rien n’est moins sur.

Concurrence déloyale

Toutes les associations qui organisent des vides greniers, constituent en fait une véritable concurrence déloyale et de grande ampleur pour ce métier.
Il est vrai que cela cache une part obscure qui échappe à tout contrôle, fiscalement tout d’abord, mais aussi pour la vérification des marchandises et leurs provenances. Quid du statut réel des vendeurs (carte de vendeur ambulant du type C.S.A.B.A ou SNCAO – Syndicat National du Commerce de l’Antiquité et de l’Occasion). Car si vous achetez un objet volé, cela devient du recel. Alors on fait quoi ? Et que fait la police dans ce cas ?

Pour les autorités préfectorales, la vérification de la marchandise et du statut réel des vendeurs « relève du pouvoir de police du maire ». Du côté des mairies, ces tâches sont du ressort de la police administrative, de ce fait des services de l’État. En fait, tout le monde ferme les yeux, parce que ça fait marcher l’économie. et on se renvoie la balle !

Demandez une facture

Quoi qu’il en soit, si vous ne savez pas quoi acheter à Tonton Georges ou Mamie Ginette pour le prochain Noël 2012, allez musarder chez le brocanteur de Plougastel, Lagny, d’Arquian ou l’antiquaire gardois du coin, ou mieux, pensez à venir à Barjac à la foire à Pâques comme au mois d’août de l’année.
Car le professionnel, le brocanteur lui, peut vous fournir une facture, à contrario de votre vendeur dans le vide grenier du coin. Toute la différence est là.

Retrouvez toutes les informations de la prochaine brocante de Barjac sur le site web des organisateurs.

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Rédacteur en Chef

Vous pourriez être intéressé par

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE