Incendie à Saint Bauzille de Montmel

Incendie à Saint Bauzille de Montmel
Notez cet article

Saint Bauzille de Montmel en feu

8 août 2015, un incendie a encore frappé à l’est de la commune de Saint Bauzille de Montmel. Entre la partie nord-est de ce village et le hameau de Favas, 400 personnes furent évacuées pendant l’incendie qui débuta sur la route de Vacquières. Plusieurs pompiers furent blessés et évacués dans leurs centres respectifs. Déjà en août 2010, ce village avait payé un lourd tribut suite à l’incendie qui ravagea la moitié de cette commune de l’Hérault, soit plus de 1000 hectares de garrigues et de pinèdes détruisants plusieurs villas et mas isolés. 

Des moyens aériens et terrestres en grand nombre

Analyse au PC incendie des pompiers
Analyse au PC incendie des pompiers

Cette fois ci, l’incendie a démarré près de la bergerie sur la route de Vacquières, nécessitant plus de 50 voitures, 200 sapeurs-pompiers et de nombreux forestiers sapeurs. Des moyens aériens constitués dans un premier temps de trois Canadairs, avec en fin de journée l’arrivée de deux autres ABV, (avions bombardiers d’eaux), deux trackers et un coordinateur aérien à bord d’un Beechcraft furent dépêchés sur les lieux de l’incendie.

Les canadairs en action pour aider les pompiers au sol
Les Canadairs en action pour aider les pompiers au sol

Bien que plus petit que l’incendie de 2010, ce feu a dévasté plus de 90 ha de pinèdes et de garrigue entre le nord et l’est du village de Saint Bauzille de Montmel, mettant en grand danger le hameau de Favas. Si 400 personnes furent évacués préventivement, il est à noter qu’une personne récalcitrante de Favas a refusé de partir de chez elle risquant ainsi sa propre vie.

Quatre blessés légers

Aucune habitation n’a été touchée, mais quatre pompiers furent blessés et ont été rapatriés dans leurs casernes pour de sérieux coups de chaud suite à une trop grand exposition à la chaleur. La propagation du feu suite aux vents tournants a été fixé dans la soirée de samedi avec l’arrivé d’une petite pluie et après plus de six heures de combat contre les flammes. Le dimanche matin, toutes ces personnes ont pu retrouver leurs habitations après avoir été hébergées dans les salles polyvalentes de Buzignargues et de Saint Bauzille de Montmel, en repassant devant les voitures de pompiers restées sur place en surveillance en raison d’éventuelles reprises de feux. Sage décision, car deux reprises de feux ont eu lieu le mardi, soit 3 jours après l’incendie.

Les causes de l’incendie 

Le lendemain de cette catastrophe écologique, la CTRC34, la Cellule Technique Départementale des Causes de l’incendie recherchèrent le lieu exact du départ, les causes réelles de l’incendie afin d’établir si le feu serait d’origine accidentelle ou criminelle.

CTRC34 : Cellule Technique Départementale des Causes de l'incendie dans l'Hérault
CTRC34 : Cellule Technique Départementale des Causes de l’incendie dans l’Hérault

Composée d’un gendarme technicien à l’identification criminelle, d’un pompier et d’un forestier de l’ONF, cette cellule est réquisitionnée par la gendarmerie qui dirige l’enquête sous l’autorité du procureur de la république. Sept jours près l’incendie, les enquêteurs de la brigade de recherche criminelle ont donné leurs conclusions au Parquet et l’affaire suivra son cours. Pour l’heure, notre rédaction ignore encore l’origine du sinistre et espérons en savoir plus dans quelques jours. (NDLR notre avis … avec la distance loin de la route et la force du vent … peu de chance de penser qu’un simple cigarette a été lancé d’une voiture à plus de 90 mètres de la route avec un vent contraire …)


Plainte contre X
Florence Marthenon, maire de Saint Bauzille de Montmel
Mme le maire Florence Marthenon a porté plainte

Le maire de Saint Bauzille, Mme Florence Marthenon a porté plainte contre X et donne rendez vous aux habitants de son village à venir se retrouver à la salle des fêtes jeudi prochain, à partir de 18h 30 pour faire le bilan de la catastrophe qui a ravagé encore une fois la commune et peut être mettre en place des mesures drastiques contre les incendies auprès des propriétaires terriens en les obligeant à nettoyer encore plus leurs terrains. De nombreuses carences sont au centre des commentaires écrits sur les réseaux sociaux … pas de véritables coupes feux, trop de pins aux abords du village …

« Une énorme déception et comme toujours un gigantesque travail restant à accomplir sans aucun moyen financier, ni aide pécuniaire de l’état »

précise la maire de Saint Bauzille, un peu dépitée.

Indifférence ou négligence ?

Plusieurs questions seront sans doute mise en avant par certains habitants, dont une sans doute sur la réelle efficacité et la responsabilité de la société de nettoyage venu nettoyer les abords du village et de transformer les bois brulés pour en faire des copeaux, suite à l’incendie  de 2010.

Polémique sur des tas de bois trop proches des habitations de Saint Bauzille de Montmel
Polémique sur des tas de bois trop proches des habitations de Saint Bauzille de Montmel

Christophe Espiau, un habitant du village de Saint Bauzille a observé pendant l’incendie, sur les hauteurs du village, la présence de nombreux tas de bois coupés et entreposés à proximité des habitations. Ces buchers enflammés par l’incendie, deviennent ainsi de dangereux brasiers difficiles à éteindre contribuant à la combustion du feu sur ce lieu. Malgré le passage de plusieurs canadairs et d’équipes au sol, ces foyers continueront de bruler longtemps.

De ce fait, une autre polémique a été lancée par plusieurs habitants, car cela a monopolisé plusieurs équipes de sapeurs pompiers sur ce lieu, empêchant ces équipes de secours de combattre sur d’autres fronts et de pouvoir éteindre d’autres départs de feux menaçant le hameau de Favas.

Alors, de sinistre mémoire, peux t on penser que l’incendie de 2010, qui a ravagé la moitié du village, n’a pas assez marqué les esprits pour laisser si près des habitations, autant de buches de bois et de copeaux de bois sur le sol ? La leçon n’a peut être pas assez été retenue.

Pour rappel, la loi prévoit 100.000 euros d’amende et 15 ans d’emprisonnement aux incendiaires.

Après le passage des pompiers, des brûlots de bois subsistent
Après le passage des pompiers, des brûlots de bois subsistent

A propos de l'auteur

Thierry Jirkovsky Journaliste Reporter d'Images - Co-fondateur et Rédacteur en Chef de Tv Languedoc

Vous pourriez être intéressé par

Laisser une critique