Transition énergétique et écologie au grand débat de Macron

Transition énergétique et écologie au grand débat de Macron
4.3 (86.67%) 15 votes

Discours sans complaisance d’une Maire devant le Président 

À l’initiative du Président de la République, le Gouvernement engage un grand débat national sur quatre thèmes qui couvrent des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’Etat des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté.

Transition énergétique et écologie

Claire Carrère Godebout, maire de la commune de Graveron-Semerville en Normandie, dans le département de l’Eure, donne une réponse précise de sa vision de maire, face au Président de la République Emmanuel Macron, devant les nombreux problèmes qu’elle rencontre au quotidien dans sa commune, et aborde sans complaisance tout en restant concise, le réel problème de la transition énergétique et de l’écologie pour ses concitoyens, cela avec justesse et finesse dans ses propos.


Lettre à un président

Monsieur le Président de la République …

Mon intervention porte sur la transition énergétique et l’écologie.En parcourant les cahiers de doléances de la ruralité, il apparaît que les habitants de nos communes rurales sont sensibles à la nécessité de changer les choses en matière d’énergie et de respect de l’environnement . Je précise toutefois que ce n’est pas leur première préoccupation… Car ce n’est pas si facile pour eux …

Bien sûr, ils sont prêts à changer leur vieux diesel contre une voiture électrique ou hybride ! Mais, comment faire quand , malgré la prime écologique versée par l’État, il reste plus de 20 000 € à sortir, alors que les fins de mois sont difficiles …

Bien sûr, ils aimeraient moins utiliser leur voiture pour aller au travail ou profiter de loisirs. Mais comment faire quand la gare la plus proche est à 20 km , quand elle n’a pas été fermée… Bien sûr ils aimeraient manger sain et bio pour préserver leur santé. Mais comment faire quand le prix du bio est dissuasif et les fins de mois parfois difficiles…

Bien sûr, ils aimeraient une maison ou un appartement bien isolé et faire ainsi des économies de chauffage , mais comment faire quand , malgré les aides de l’État ( encore faut-il être éligible) le reste à charge est insupportable …

Bien sûr , ils aimeraient diminuer leur quantité de déchets et moins payer de taxes pour leur traitement, mais comment faire quand les industriels ne font aucun effort par exemple pour diminuer les emballages! On le sait, le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas …

Bien des habitants des communes rurales ont eu le sentiment de double ou triple peine. Ce sont eux qui ont pris de plein fouet l’augmentation des taxes sur les carburants et les combustibles, qui subissent les effets des produits phytopharmaceutiques dangereux utilisés dans les champs cultivés, les fermetures des petites gares, les implantations parfois anarchiques d’éoliennes, et j’en passe !

Alors , je soumets à votre réflexion quelques idées trouvées dans les cahiers , car nous voulons et nous aimons vivre à la campagne ! Pourquoi ne pas diminuer les taxes sur les carburants et parallèlement taxer le kérosène sur les vols intérieurs et le fioul lourd pour les trajets des gros cargos et paquebots ?

Pourquoi ne pas baisser la TVA sur les produits bio ou labellisés « respect de l’environnement » , afin que tout le monde puisse en profiter ? Pourquoi ne pas annuler la TVA sur les produits alimentaires de première nécessité et plus taxer les produits de luxe ?

Pourquoi ne pas accélérer la recherche sur d’autres énergies , par exemple l’hydrogène ou l’air comprimé pour les voitures, le développement de l’hydraulique et de la méthanisation et par conséquent arrêter de céder aux lobbies pétroliers ? Cela permettrait en outre de réindustrialiser le pays avec des industries de pointe locales .

Pourquoi ne pas imposer aux propriétaires bailleur de ne pouvoir mettre en location que des logements correctement isolés ?
Pourquoi ne pas imposer aux industriels de systématiquement limiter les emballages ?
Pourquoi ne pas interdire définitivement les pesticides qui en plus coûtent cher aux paysans, favoriser l’agriculture bio et mieux rémunérer les paysans pour leur permettre de gagner leur vie grâce à leur travail et non pas dépendre de subventions ?

Et enfin, le mot du maire que je suis, pourquoi ne pas verser la même DGF à un habitant rural qu’à un habitant urbain, ce qui permettrait aux communes rurales de pouvoir plus aider dans leur vie quotidienne les foyers qui en ont besoin ?

Beaucoup de ces questions nous ramènent au pouvoir d’achat … Malheureusement , tant que les habitants auront des problèmes de pouvoir d’achat , je crains qu’il ne soit difficile de polariser leur attention sur la transition énergétique…et c’est bien dommage !

Je vous remercie de m’avoir écoutée.

Plébiscite Européen ou Grand Débat communal ?

Cependant, on peut s’interroger sur la grogne des français contre l’exécutif dans ce grand débat ? Quels sont les maires de l’Eure qui ont vraiment parlé de la détresse des gilets jaunes présents dans les rond points ? Dans ce débat télévisuel qui devient plus un plaidoyer des élus, une succession de monologue des maires vis à vis du président de la République, on peut se poser également la question sur le coté médiatique de ce débat, voire comment commencer sa campagne électorale européenne et mettre tout le monde dans sa poche en tentant de faire semblant d’approcher la plèbe vers une discussion de proximité et vers une écoute du peuple.

L’égo de l’élu communal au centre de ce débat

Certes, cela part sans doute d’un bon sentiment ce grand débat mais ne soyons pas dupes. Ces maires censés représenter le peuple parlent de leurs problème en flattant pour certains leur petit égo communal. Au lieu de parler du pot de peinture qui manque pour terminer la réfection de leur gymnase, ou de faire de la publicité sur la construction de chauffe-eau solaire mettant ainsi en avant leurs communes, ces maires devraient plutôt parler du mouvement des gilets jaunes qui grandit chaque jour, ce vent de révolte de la misère humaine et sociale planquée qui suit derrière ces simples français que l’on taxe sans cesse depuis des dizaines d’années. Certes les  commerçants et les français souffrent de ce mouvement contestataire, mais heureusement à coup de subvention, on débloque deux ou trois millions d’euros pour calmer la grogne de ces commerçant en achetant  » un peu  » la paix commerciale comme leurs futurs votes … comme le fait si bien l’ancienne ministre de François Hollande, Carole Delga devenu Présidente de la région d’Occitanie.

Métropole vs Village

La constatation est flagrante sur les rond-points sur lesquels nous nous rendons avec nos caméras. Combien de personnes en bas de l’échelle sociale sont déjà dans le rouge le 10 du mois ? Combien de services publics ferment dans les villages ? Combien sont obligés de prendre leurs voitures pour aller en ville car les services de l’état sont devenus inexistants. Combien de français ont compris qu’il existe deux justices en France, l’une pour les proches du pouvoir … et l’autre pour les fainéants ? Les affaires au sein de l’Elysée le montre tous les jours ! Combien ont compris qu’il existe un service de santé à deux vitesses et que les lois votées par de nombreux députés depuis de nombreuses années ont provoqué d’innombrables inégalités sociales en France, inégalités dévoilés souvent par des journalistes non inféodés au pouvoir législatif en place comme Mediapart ou le Canard Enchainé.

On peut comprendre la révolte de la Plèbe contre toutes ces injustices, mais à force de bloquer des axes routiers se prenant au lambda qui passe et qui a du mal lui aussi à boucler ces fins de mois, ces gilets jaunes ne risquent ils pas d’ inverser contre eux la popularité de leur mouvement ? Ne vaudrait il pas mieux que certains commencent à penser à une structuration interne de leur mouvement, comme un mouvement collégiale reconnu par tous, et que certains têtes d’affiches médiatiques des gilets jaunes mettent leurs égos respectifs de coté pour faire avancer leur cause autour d’une telle rencontre collégiale. Bref c’est pas gagné en ce jour de l’acte X.

Vous pourriez être intéressé par

VOTRE OPINION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *