TVL / Actualité / Vaccins : le Pr Joyeux jugé par ses pairs

Vaccins : le Pr Joyeux jugé par ses pairs 51

Pénurie de vaccins : info ou intox ?

Vaccins : Ce vendredi 27 mai, le professeur Joyeux, écrivain et conférencier, ancien professeur des universités-praticien hospitalier de cancérologie et de chirurgie digestive à l’université Montpellier 1, va comparaître  ce vendredi 27 mai à Montpellier, devant la chambre disciplinaire du Conseil de l’ordre des médecins de la région Languedoc-Roussillon, pour avoir « déconsidéré la profession » en tenant des « discours alarmistes » et en s’appuyant sur des « preuves scientifiques non établies  à propos des vaccins.

RMC Découverte avec Jean Jacques Bourdin (retranscription de l’ensemble de la conversation pour les non entendants)

 

AUDIO : A 7 h 45 votre invité, Jean-Jacques, le professeur Henri Joyeux chirurgien cancérologue et ancien président de Famille de France

Jean-Jacques Bourdin :« En direct de Montpellier, Professeur Joyeux bonjour …

Henri Joyeux : « Bonjour »

J.J Bourdin :« Merci, vous allez comparaître  devant la chambre disciplinaire du Conseil de l’ordre des médecins de la région Languedoc-Roussillon, à Montpellier tout à l’heure pour avoir dit on « déconsidéré la profession » en tenant des « discours alarmistes » et en s’appuyant sur des « preuves scientifiques non établies  à propos des vaccins.»

J.J Bourdin :  «Qu’avez vous dit … professeur Joyeux ? »

Henri Joyeux :« tout simplement ce que j’ai dit … Je n’étais pas contre les vaccins mais j’étais contre l’arnaque des laboratoires pharmaceutiques qui ont créé une véritable pénurie du seul vaccin obligatoire contre Diphtérie Tétanos Polio en créant un vaccin 7 fois plus cher contre trois maladies supplémentaires dont les enfant de moins de deux mois n’ont pas besoin. D’autre part, j’ai dit que un enfant a un système immunitaire qui n’est pas fini avant les deux ans, sa deuxième année. Et enfin qu’une maman qui a le choix, qui fait le choix d’allaiter son enfant n’a pas besoin de vacciner son enfant tant qu’elle allaite son enfant. Ce que considère que l’Organisation Mondiale de la Santé, à savoir six mois intégralement et une année petit à petit, matin et soir avant de partir au travail et au retour du travail. Et ça évidemment ce n’est pas accepté par les lobbys des laboratoires qui influencent extrêmement fort le conseil de l’Ordre national, car le conseil de l’Ordre de l’Hérault lui ne m’a absolument pas condamné. Il a botté en touche sur  le régional à la demande du national. Alors le national veut me faire passer pour un naturopathe, ostéopathe, pour un gourou, pour ceci pour cela. Les preuves scientifiques existent parfaitement, mais évidemment les lobbys eux ne veulent pas les reconnaitre. Ils ne veulent pas non plus reconnaître qu’il peut y avoir des pépins avec les vaccins et que la vaccination c’est un acte médical. »

J.J Bourdin : «Que les choses soient très claires, je vous arrête professeur Joyeux Que les choses soient très claires  ce que vous êtes opposé à la vaccination ?»

HJ :« Mais non ! absolument pas ! Je dis que par exemple les réfugies doivent eux avoir une vaccination parce qu’ils ne sont pas en bonne état de santé et que la vaccination obligatoire contre Diphtérie Tétanos Polio   et bien les labos savent parfaitement fabriquer ce vaccin, mais ils font la sourde oreille parce que évidemment ils ont mis des stocks  dans les pharmacies et qu’il faut vider les stocks. c’est tout simplement cela »

Pénurie organisée par les laboratoires ?

J.J Bourdin : « Le vaccin  obligatoires Diphtérie Tétanos Polio  pour les enfants de moins de six ans  n’est plus commercialisé en France par les laboratoires pharmaceutiques depuis 2008.»

HJ :« exactement c’est une pénurie organisée »

J.J Bourdin : « Vous dites  » il y a pénurie organisée  » c’est ce que je dénonce …»

HJ :« Exactement , c’est exactement ça seulement évidemment  ce sont les collègue qui sont au conseil de l’ordre qui sont liés à madame la ministre ( marysol touraine ) laquelle est lié indirectement aux laboratoires qui ont une pression énorme »

JJ Bourdin : « Vous dite que la ministre est liée aux laboratoires ? »

HJ :« mais indirectement ! »

J.J Bourdin : « C’est à dire ? »

HJ : « Ca veut dire que les conseillers qui sont autour d’elles lui disent, il faut faire ce qui est prévu, d’ailleurs un véritable débat national sur la vaccination l’automne dernier, il n’ a pas eu lieuil va avoir lieu ce matin avec moi devant la chambre disciplinaire qui est d’ailleurs publique, ça c’est très important c’est publique, ça veut dire que je répondrais à toutes les questions qui me seront posées, je n’ai aucune crainte sur ce sujet »

J.J Bourdin : « Oui … Que risquez vous Professeur ? »

HJ :« Ah si vous lisez le journal Le Monde ils vous disent que le conseil national voudrait me radier de l’Ordre des médecins. Je pense que ce n’est pas possible de me radier de l’Ordre des Médecins parce que je suis un médecin je suis gourou pour eux. Je ne le suis pas du tout. Je suis absolument pour la santé, pour les médecins, pour les collègues, mais il n’est pas question qu’on se fasse avoir par les laboratoires pharmaceutiques qui aujourd’hui s’intéresse plus à leur pognon qu’à leurs malades.

J.J Bourdin : « Merci Professeur Joyeux »

HJ : « Avec plaisir »

J.J Bourdin : «nous aurons l’occasion de vous retrouver bien … merci »

[ Vous êtes sur RMC … c’est hallucinant  en France , c’est le seul pays au monde dans lequel on ne peut pas discuter  … on est obligé de suivre la ligne qu’on nous impose ça c’est insupportable. Il s’agit pas de dire non à la vaccination, mais il s’agit de se poser des questions … ça parait quand même logique non ? ]

Notre avis …

Il serait si simple que l’état prenne une vrai position et demande aux Instituts Pasteur et Mérieux de produire en quantité suffisante un poly vaccin contenant exclusivement les trois vaccins obligatoires rappelés dans l’article, diphtérie tétanos, polyo. La controverse sera close, seulement, en fonction des lobbys et de la fermeté de nos dirigeants … y a t-il encore quelqu’un qui saura prendre une décision sans risque pour le bien de nos enfants ?

Comments are closed.