Des artistes en balade

Quand arrive l’été, notre région foisonne de festivals de musique. Un grand nombre de ces festivals, prestigieux et très prisés, produisent des artistes dont la notoriété n’est plus à faire pour des publics conquis d’avance. Difficile de trouver des programmations qui surprennent, des artistes à découvrir. 
Alors, cet été, j’ai choisi de prendre les chemins de traverse et de me balader à l’affût de musiques, d’artistes et de lieux plus confidentiels, moins connus. Je veux être surpris !

De guinguettes au bord du Vidourle en carrières à Sussargues en passant par les places de villages cévenols comme Aumessas, je n’ai rencontré que des passionnés. Ce sont des bénévoles qui consacrent une année entière à concocter une soirée ou un mini-festival, des artistes heureux de faire découvrir leur univers, des publics surpris et ravis de vivre de nouvelles expériences musicales.
 Dans mes déambulations, une petite phrase est revenue souvent, comme une ritournelle pleine de mystère et de promesses. Elle commence par « connais-tu ?… ». 
C’est ainsi qu’un soir, j’ai entendu parler d’un endroit un peu perdu, caché en pleine nature, où une bande d’enthousiastes originaux qui se sont baptisés « Bouillon Cube » organise  – pour la 7ème année consécutive ! – ce qu’ils appellent leur Mixture Culturelle.

Connais-tu LA GRANGE ?

 » La Grange  » est un vieux mas de pierre sur la terre rocailleuse du Causse de la Selle.
 Devant la grange, une belle esplanade que protège un micocoulier tutélaire sous lequel on boit un verre en discutant.
 A côté de la buvette, il y a une expo de peinture et de photographie. 
Et, face à soi, une grande clairière où est installée la scène, promesse de réjouissance. Ce soir-là, parmi les musiciens à l’affiche, seul le nom de Rosemary Standley (du groupe Moriarty) m’est familier.
 Qui sont Dom la Nena, Piers Faccini, Simone Prattico ? Je n’en ai aucune idée.
 Mais, dans un lieu aussi enchanteur, avec un public sympathique venu en famille et des artistes à découvrir, tout semble réuni pour passer une soirée particulière.

Je n’ai pas été déçu ! J’ai découvert un univers musical que je ne connaissais pas, des artistes généreux et drôles, un public attentif et se prêtant à toutes les fantaisies. Même les enfants, assis devant la scène pour ne rien rater, ont été conquis !

 Le lendemain, je me suis empressé de chercher des infos sur ces musiciens.

Dom la Nena fait partie de la nouvelle vague folk brésilienne
. Violoncelliste surdouée, à seulement 23 ans elle a déjà accompagné de nombreux artistes (Piers Faccini, Camille, Jane Birkin, Etienne Daho…). 
Trop indépendante pour intégrer un orchestre, elle a franchi sans difficulté ni préjugés la frontière séparant le classique et la musique populaire.
 Elle s’est forgé un esprit vagabond et bien trempé propre aux apatrides, qu’on retrouve dans ses ritournelles en portugais et en espagnol qui échappent à la tyrannie des genres  et  qui disent la profondeur d’être simple et la richesse d’être sans attaches.

Rosemary STANDLEY est imprégnée de la tradition musicale nord-américaine (blues, country, folk) qu’elle transgresse pour explorer d’autres horizons en défiant la classification des genres. Elle s’est échappée de Moriarty, le temps de feuilleter un songbook fantasque qui va de Claudio Monteverdi à Leonard Cohen en passant par Tom Waits, Fairouz, ou Purcell. 
Elle explore les chemins de traverse de sa mémoire et de ses plaisirs en compagnie de Dom La Nena.

Piers FACCINI est un auteur-compositeur-interprète, peintre et photographe anglais
. Vivant dans les Cévennes, loin des soirées mondaines, il préfère les moments de tranquillité pour composer et faire de la peinture.
 Ses compositions chaleureuses, subtiles et brillantes font de lui un artiste complet et affirmé. Les mélodies généralement mélancoliques additionnées d’une voix douce et assurée se complètent parfaitement. Ne s’arrêtant pas au folk classique, il s’inspire aussi du blues, de la soul, de la pop. Son goût de l’ailleurs imprègne également son folk qui trace des ponts entre les continents, puisant dans le Delta blues comme dans le raï, dans les sonorités balkaniques comme dans la musique traditionnelle malienne.
Ses collaborations sont tout aussi variées (Patrick Watson, Rokia Traoré, Camille, Dom la Nena, Rosemary Standford….)

SIMONE PRATTICO, batteur et percussionniste italien, a commencé à jouer de la batterie à l’âge de cinq ans sur des artistes Motown comme Marvin Gaye et The Temptations. 
Cette première expérience de découverte de la musique purement à l’oreille lui a donné une sensation instinctive pour la lecture et la compréhension de différents styles de 
percussions. Il joue avec de nombreux artistes internationaux.
 Il est aussi depuis longtemps un compagnon de route de Piers Faccini dont il habille les mélodies comme le ferait un grand couturier.

Si vous passez par Causse de la Selle, n’hésitez pas à aller frapper à la porte de « La Grange ». Leur « mixture culturelle » bouillonne dans la marmite jusqu’à la mi-septembre.
Vous ne le regretterez pas !

details

Recent comments