TVL / Brèves / Paroles de Bénévole

Paroles de Bénévole 68

Dans un refuge, les paroles d’un bénévole

«Je sais ce qui se passe, quand les chiens de refuge se retrouvent seul le soir» raconte un bénévole …

Quand ils s’en vont dans leur panier, l’air hagard, parce qu’ils n’ont pas d’autre choix que de s’endormir seul, dans un boxe froid et sinistre.
Quand le chien s’est allongé, et qu’alors son regard croise le votre, croyez-moi qu’à ce moment précis, ça vous prend aux tripes.
Une envie de chialer, de demander pardon à ce chien pour toute la connerie dont l’humain fait preuve, et dont il paie le prix fort.

Parce que vous pouvez alors lire dans ces yeux une profonde tristesse, le désarroi d’avoir passé une journée dans le bruit, d’avoir enduré tout ce stress qui ronge les chiens de refuge. Et après l’agitation vient le silence, avec lui la solitude, et finalement un ennui profond.

Et ça, c’est pire que le bruit.

Quand ils s’aperçoivent que vous êtes là, certains se relèvent alors, et viennent vers la porte dans l’espoir de recevoir une dernière caresse, une dernière marque d’affection.
Mais la plupart se sont déjà résiliés, et préfèrent dormir pour que la journée s’arrête enfin.

Ceux qui ont laissé leur chien au refuge devraient être là, à ce moment précis, pour voir ce qu’ils ont fait, et constater l’infinie tristesse que leur égoïsme a provoqué.

Ceux qui veulent acheter de jolis chiots (parce qu’il n’est pas question d’adopter un chien de refuge, qui est forcément dérangé ou trop vieux) devraient, eux aussi, voir ces chiens à qui ils auraient pu faire le plus beau des cadeaux en leur offrant un foyer.

Source : Sama Protection animale

Comments are closed.