TVL / Actualité / Une journaliste virée pour refus de sensationnalisme

Une journaliste virée pour refus de sensationnalisme 74

Après avoir dit non à sa rédaction, une journaliste-correspondante au Caire a été remerciée.

Egyptair : Intègre à son éthique de journaliste et fidèle à ses valeurs personnelles, la journaliste belge Vinciane Jacquet, correspondante du journal Le Soir au Caire, a été purement et simplement virée par sa direction, car elle a refusé de ne pas céder au journalisme de sensation demandé par sa rédaction, concernant le crash de l’A320 d’Egyptair, cet airbus qui faisait hier soir la liaison entre Paris et le Caire et qui pour des raisons encore inexpliquées, s’est abimé en mer.

Selon Vinciane Jacquet , cette mise à l’écart est due à de grosses divergences éditoriales quand à la couverture de cet accident et a indiqué qu’elle avait été remerciée par sa direction. « Aujourd’hui, je ne suis plus la correspondante au Caire du journal Le Soir »

J’ai décidé de dire non

« On m’a demandé de ne pas proposer d’article “ factuel ” mais d’insister sur la “ tristesse des familles  et de parler (remettre en cause) la sécurité de la compagnie aérienne égyptienne. J’ai refusé en expliquant n’avoir eu aucun accès aux familles (elles ont refusé de parler aux médias), puisque, la cause de l’accident n’étant pas connue (nous n’avons même pas d’indices), je ne pouvais accuser, ni suggérer la responsabilité d’Egyptair », écrit-elle, en ajoutant avoir tout simplement dit  » NON  » à sa rédaction en chef. De ce fait, elle a été remerciée par sa direction.

Pavé Colère

Pour montrer son mécontentement et faire connaitre la manière dont l’information est traitée dans ce journal, Vinciane Jacquet a fait connaître sa mésaventure sur sa page Facebook dans un article intitulé «Pavé Colère »

« Dans ce temps où les gens accusent les journalistes de mentir, d’amplifier, de maquiller, de couvrir les responsables, bref, ne leur font pas confiance, j’ai décidé de dire non, et de ne pas céder au journalisme de sensation au mépris du journalisme d’information et de son éthique. (…) Je ne le regrette pas, j’en suis même fière« , ajoute-elle dans ce texte que vous pouvez voir dans son intégralité ci-dessous.Article de vinciane jacquet Article de Vinciane Jacquet sur sa page Facebook

Vinciane Jacquet

Vinciane Jacquet

Chasse au sensationnel

Il est vrai que beaucoup de gens ne regardent plus les informations télévisuelles à cause de cette chasse au sensationnel, à la manipulation permanente et au tri volontaire de l’information. Toujours est il que beaucoup de collègues journalistes et photo-reporters, mais aussi de nombreux inconnus sont solidaires sur les réseaux sociaux envers notre consœur qui a su rester intègre et fidèle aux vrais valeurs du journalisme. Alors que sa direction lui a demandé le contraire et d’insister sur le coté “ excitation ” plutôt que sur les faits, ces simples valeurs mais essentielles (qui sont le fondement de notre métier)  de croiser ses informations, de vérifier ses sources, de ne pas déformer la vérité, de ne pas écrire ou diffuser des faits inexacts … a valu à Vinciane son licenciement sans ménagement.

Désinformation tout en informant

Alors que sur cette catastrophe aérienne, rien n’a été retrouvé cette après midi, que l’on ne sait rien, peut on faire un parallèle avec ces 10 000 tonnes de blabla télévisuels inutiles à la télévision française, (ou comment faire de l’information avec rien). L’incertitude est douloureuse, mais elle reste préférable à de fausses informations, car rien n’est pire que d’annoncer quelque chose de faux : ça accroît la douleur des proches des victimes et cela désinforme le lecteur, l’auditeur, ou le téléspectateur.

Seuls l’intégrité et le professionnalisme sauverons la presse, qu’elle soit belge ou française quand à la presse égyptienne et à la rapidité de son information, rien n’est moins sur, vu la liberté de la presse dans ce pays.

Respect

Vinciane … Respect total pour vousvous faites honneur à notre profession.

Nous espérons que vous retrouverez vite un autre emploi dans une rédaction qui saura faire la différence entre le vrai journalisme et ce que l’on trouve généralement dans des pays sous dictatures.

En Egypte, « le seul fait d’être journaliste vous met en danger »

Du coup, une question me taraude l’esprit … En matière de pluralisme, d’indépendance des médias, de respect de l’information et de la liberté des journalistes, la presse belge a t-elle encore conservé son éthique et quelques valeurs morales à défaut de se calquer sur le pouvoir égyptien sur le respect de la presse, car ne l’oublions pas, en Egypte, «le seul fait d’être journaliste vous met en danger» (voir l’article de libération)

Quand à vous, amis internautes (et belge de surcroit), à travers cette brève information qui en dit long sur la façon dont on vous informe, si vous avez toujours envie de lire et et de rester correctement informé dans votre pays, vous saurez désormais faire le bon choix … du moins nous l’espérons !

Découvrez les cliches photographiques de Vinciane sur http://vinciane-jacquet.photoshelter.com/index

Comments are closed.