TVL / Chronique / Facebook dit adieu à Flash

Facebook dit adieu à Flash 99

Euthanasie demandée

Si en juillet dernier, après Apple, Google et consorts, ce fût le tour de Facebook qui s’exprimait  pour dire tout le mal qu’il pense de Flash, réclamant au plus vite son euthanasie, Facebook l’acteur de poids de la vidéo en ligne avec des millions de contenus vus chaque jour, remet le couvert en exigeant d’Adobe qu’il abrège les souffrances de son plug-in.

Pourquoi tant de haine contre Flash ?

Outil incontournable pour la lecture des différents supports multimédias depuis de nombreuses années, et presque toujours existant sur nos différents ordinateurs, Flash présente de grands inconvénients.
Ceux-ci concernent la taille (le poids) qu’il prend au niveau du processeur (trop gourmand en ressources) et comportant de nombreuses failles de sécurité… bref une sécurité relative de ce plug-in moribond, décriée par la plupart des acteurs du web.

Beaucoup de voix influentes, y compris le chef de la sécurité de Facebook, ont appelé Adobe d’annoncer rapidement une date de retraite ferme pour Flash. Avec le tweet sulfureux d’Alex Stamos, du réseau social  Facebook qui vilipende la technologie d’Adobe. « Il est temps pour Adobe d’annoncer une date de décès et de faire en sorte que les navigateurs appliquent cette mise à mort le même jour », assène-t-il.
Mais ne rêvons pas, ceci est juste du marketing … et derrière se cache un monde financier et de celui qui se positionnera en leader, telle est l’inflexible loi de la jungle en informatique.

Quel sera le changement pour les internautes ?

Regarder une vidéo sur Facebook ne nécessitera plus l’aide d’Adobe Flash, quel que soit le système d’exploitation ou navigateur et ce ne sera pas un mal. Désormais, toutes les vidéos diffusées sur la plate-forme Facebook exploiteront le format HTML5, et ce quelque soit le navigateur utilisé ( firefox, chrome, safari etc). D’ou une rapidité et un gage de sécurité …  bref, il était temps !

Chronique d’une mort annoncée

La mise à jour de trop

La mise à jour de trop

Cette décision fait néanmoins une victime : Adobe Flash, régulièrement critiqué pour sa lourdeur, sa consommation, et ses trous de sécurité qui rappelons le, annonçait encore début décembre, un patch de sécurité pour éradiquer 77 failles sur la plateforme Flash (Flash Player et Air).

Google et Youtube ont compris depuis fin 2014, l’enjeu de l’HTML 5 pour la lecture de leurs vidéos. Rappelons qu’en 2010, le visionnaire Steve Jobs expliquait déjà qu’il fallait abandonner cette technologie et livrait bataille depuis 2007.

Web Patriot Act

Bannis de ses appareils Android en 2011, Google avait amorcé le début de la fin. Dernièrement, Mozilla a également décider d’arrêter l’utilisation de ce plug-in par défaut, tout en laissant ses utilisateurs le choix de l’activer manuellement (du style à vos risques et périls … on vous avait prévenu) et Facebook en cette fin d’année 2015, qui reprend les devants et demande de signer l’acte de décès du produit d’Adobe, tel un patriot act pour le monde du web.

Sécurité morbide

A savoir que dans un post daté du 9 décembre 2015, la société de cybersécurité Trend Micro faisait état d’une cyberattaque ayant visé le blog du quotidien américain britannique The Independent, victime d’un piratage informatique à la façon de la ransomware suite aux failles de sécurité de Flash. L’infection était causée par une opération de malvertising : en conséquence, les administrateurs du site ont donc bloqué l’affichage de publicité sur la page incriminée en attendant que le problème soit résolu, un sérieux manque à gagner … et la on peut commencer à comprendre pourquoi un tel soubresaut dans le landerneau du web.

Disparition programmée

La technologie Flash ne va pas disparaître complètement du jour au lendemain et servira encore à diffuser les jeux sur le réseau social Facebook. « Nous continuons de travailler avec Adobe pour fournir une expérience Flash fiable et sécurisée pour les jeux sur notre plate-forme», a écrit Daniel Baulig, responsable de la division front-end pour Facebook , dans un billet de son blog.

Alors on s’énerve, on ventile, on disperse et on assène des coups sur la tête comme un commissaire avec son bottin sur la tête du coupable, puis on se calme, on évacue la tension avec un article discret sur un blog …  Mouais … (on sait que c’est Noël, mais faut quand même pas nous prendre pour des truffes)

La riposte de Adobe

Adobe annonçait d’ailleurs récemment amorcer la mise à la retraite de sa technologie flash, qui semble de moins en moins pertinente à l’heure de HTML5. et d’annoncer qu’elle remplacerait Flash Professional CC, afin de se concentrer sur un nouvel outil de création HTML5 multimédia appelé Animate CC. On verra …

En attendant, sortez couvert sans flash cela vaudra mieux.

Qu’est ce qu’un Rançonware ?

Le logiciel (malware) qui s’installe sur votre ordinateur par le pirate, appartient à la catégorie des ransomware, ou rançongiciel en français : le bien connu Cryptolocker. Celui-ci permet à l’attaquant de chiffrer l’ensemble des données sur le disque de la victime, données qui ne seront déchiffrées qu’en l’échange d’une rançon de 499$.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cryptolocker

Comments are closed.